Non-respect du confinement: deux mois de verbalisations et un délit incertain

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au mois de juin, le Conseil constitutionnel doit se pencher sur un problème brûlant : le délit de violation réitérée du confinement, créé par la loi du 23 mars 2020 sur l’état d’urgence sanitaire. Le 13 mai dernier, la Cour de cassation a accepté de lui transmettre trois questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) dénonçant son caractère « bricolé » et attentatoire aux droits fondamentaux.