La fronde contre le compteur Linky

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Linky, le nouveau « compteur électrique communiquant et intelligent » développé par Enedis, dont le déploiement a commencé dans toute la France en 2016, rassemble contre lui une fronde hétéroclite. Plus de 300 communes ont voté leur opposition au compteur, dont des villes comme Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Bondy (Seine-Saint-Denis) ou Caen (Calvados). Ce compteur relève automatiquement et en temps réel la consommation électrique. À l’inverse de ceux en service, il ne supporte aucun dépassement de la puissance souscrite et se coupe instantanément. Il pourra également permettre de couper l’électricité à distance. Il est surtout perçu comme un « mouchard analysant en permanence faits et gestes ». La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a souligné que « la collecte de la courbe de charge permet de déduire de nombreuses informations relatives à la vie privée des abonnés » et qu’elle sera attentive à ce que ces « données ne soient communiquées qu’aux sociétés spécifiquement désignées par les personnes concernées ».