Vrai soutien et faux conseiller: un proche d’Edouard Philippe rapidement relâché après avoir frappé un policier

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un proche d’Édouard Philippe, qui a été placé en garde à vue dimanche 23 juin pour avoir frappé un policier en civil dans les environs de Rouen, a été remis en liberté quelques heures plus tard, juste avant la visite officielle du premier ministre russe Dmitri Medvedev en France, en prétendant être un « conseiller diplomatie et communication » de Matignon. Ce que l’intéressé n’est pourtant pas, d’après les services d’Édouard Philippe, même si sa proximité apparente avec le chef du gouvernement ne fait pas de doute.