Eva Joly: l'affaire Tapie met en évidence «un pouvoir présidentiel arrogant et sans contrôle»

Par

Dans un entretien audio avec Mediapart, l'ex-magistrate Eva Joly, qui a instruit dans le passé les affaires de Bernard Tapie, dont celle de la vente d'Adidas, donne son jugement sur la polémique générée par les 395 millions d'euros alloués à l'ex-homme d'affaires. Elle critique très vivement le recours par l'Etat à la procédure arbitrale, qui a conduit à placer «l'intérêt supérieur des amis au-dessus des intérêts supérieurs de l'Etat». Evoquant le rôle de Nicolas Sarkozy, elle estime que cette nouvelle affaire Tapie «illustre un exercice du pouvoir présidentiel arrogant et sans contrôle». Ayant la double nationalité française et norvégienne, Eva Joly, après avoir été l'une des figures de la justice fnancière en France, est aujourd'hui conseillère spéciale de la lutte contre la corruption en Norvège.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déclenchée par la sentence du tribunal arbitral qui a alloué, le 7 juillet, 395 millions d'euros de dédommagements à l'ex-homme d'affaires, la nouvelle affaire Tapie arrive à un tournant. On saura en effet lundi 28 juillet si l'Etat, qui avait donné des instructions à l'automne 2007 pour que la justice ordinaire soit dessaisie au profit de la justice arbitrale, envisage un recours contre cette sentence. Mais quelle que soit la décision, le volet politique n'est pas près de se refermer.