Psychiatrie: les soignants d’Amiens ne lèvent pas le camp

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après trois heures de discussions, Chrystèle Leclercq, infirmière et déléguée syndicale, parlait encore, mais ses interlocuteurs ont commencé à se lever, les uns après les autres. Fin de la conversation attendue depuis trois mois par les soignants et médecins de l'hôpital psychiatrique Philippe-Pinel, qui campent devant les portes de leur établissement. « On s’est heurtés, assez vite, à un mur, se désole la porte-parole improvisée. Par exemple, lorsque nous dénonçons la sur-occupation de l'hôpital à 120 %, ceux d'en face se contentent de dire que ce n'est pas vrai. C’est hallucinant. » L'agence régionale de santé a également refusé de recevoir le personnel non syndiqué, ainsi que les médecins impliqués dans le mouvement, ce qui n'a pas amélioré le dialogue.