La France veut perdre en "attractivité" pour les demandeurs d'asile

Par
Un an après la promulgation de la loi asile et immigration, la France entend encore muscler sa politique d'accueil des réfugiés afin de mettre un terme aux "anomalies" géorgienne et albanaise, des pays réputés "sûrs", et gommer son image de pays attractif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Un an après la promulgation de la loi asile et immigration, la France entend encore muscler sa politique d'accueil des réfugiés afin de mettre un terme aux "anomalies" géorgienne et albanaise, des pays réputés "sûrs", et gommer son image de pays attractif.