La nouvelle n'est pas encore officielle mais selon les informations recueillies par Mediapart, elle ne fait plus aucun doute: le projet de Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l'Etat, visant à créer, avec l'aide discrète de l'Elysée, une société destinée à devenir un acteur majeur de la retraite complémentaire privée a du plomb dans l'aile. Les salariés de la Caisse nationale de prévoyance (CNP), une société qui est contrôlée indirectement par l'Etat et qui devait venir appuyer l'opération, en ont été informés, jeudi 25 novembre, par un message sur l'intranet de l'entreprise: l'opération n'a pas reçu les agréments nécessaires des autorités de tutelle et sera donc au mieux différée, au pire annulée.