COP21: le risque de l'oubli des 600.000 victimes du climat

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

a-cop-21-ds a-cop-21-ds

Merci Jade de souligner que de changement de climat à déjà fait mille fois plus de victimes que le terrorisme, et qu'il nous faut absolument un état d'urgence mondial pour le stopper. 

 

Au contraire, hollande a mis en place un état d'urgence qui muselle les dénonciations de ces morts climatiques. Les manifestations de la société civile pour la COP 21 ont été interdites. Les pressions (quasi menaces) faites sur les personnes qui ont déposer les manifs en préfectures font qu'elles sont obligées à pousser à la démobilisation pour ne pas risquer des amendes et même de la prison.

 

Par exemple à Lyon, malgré que pour éviter des regroupements de personnes trop importants, donc dangereux, la coalition climat rhône avait décidé de transformer la grande marche en 1000 marches pour le climat, tout à été annulé. Les manifestants étaient appelés à arriver décalés entre 12h et 16h. A leur arrivée, ils étaient briefés et équipės avec pancartes et slogans, puis délégués en groupes de trente sur 5 parcours diffėrents pour informer les très nombreux acheteurs dans la presqu'ile, en ce samedi de pré-Noël. Mais sous la pression de la préfecture les organisateurs ont complètement annulés ces marches. On peut les comprendre, ils ne veulent pas subir des represailles policières. 

 

C'est donc a chacun de nous à prendre ses responsabilités et à exprimer par lui-même la nécessité de stopper le rėchauffement climatique. À nous de rendre visible le message du climat par tous les moyens, par des déambulations en petits groupes, en musique,  déguisés et/ou en hommes sandwich du climat, en passant par des scènettes symboliques en groupes d'amis... Affichons partout, à nos fenêtres, sur nos vélos ou même sur nos voitures, pendant toute la COP 21 (et pourquoi pas après) nos slogans, comme "URGENCE CLIMAT" ou "CLIMAT <+2°C" ou "STOP AUX MORTS CLIMATIQUES"... ou les logos de la coalition climat. Exibons des brassards verts dans toutes nos activités pour interpeller nos entourages et amener à discuter sur les conséquences pour chacun de nous de l'augmentation du CO2. Et n'oublions pas de faire circuler nos selfies revendicatifs sur les réseaux sociaux, pour que le thème CLIMAT devienne viral sur internet.

 

C'est maintenant que nous devont prendre nos responsabilités pour notre avenir !

 

Excusez-moi, je ne sais pas comment mettre un commentaire autrement qu'en vous répondant. Ceci vise l'article : l'auteur est-il bien sûr que ce sont 4 milliards et non 4 millions de personnes qui ont été blessées ?  Je pense qu'il s'agit d'une erreur, mais qui est répétée deux fois dans l'article.

Attention aux ordres de grandeur ! C'est une erreur journalistique fréquente.

 

Le rapport de l'ONU indique que plus de 90% des victimes de catastrophes naturelles sont décédés à la suite de catastrophes concernant le climat et que le nombre de celles-ci atteint 606 000 personnes au cours de 20 dernières années, soit environ 30 000 personnes par an.

Le rapport n'indique pas quelle part peut être liée à l'augmentation de la fréquence et de la gravité de ces évènements en raison du réchauffement climatique. Il n'est pas possible, par exemple, de savoir quelle part des 138 000 morts du cyclone Nargis en Birmanie (en 2008) doit être imputée au réchauffement climatique. Comme dans toute catastrophe, plusieurs facteurs jouent en même temps.

D'après l'article, l'étude du think tank du secrétaire général de l'ONU Global Humanitarian Forum avance  elle le chiffre de 300 000 morts par an, soit 10 fois plus...Ce rapport qualifie le problème de "déjà sérieux aujourd'hui"

Un autre rapport cité dans l'article avance le chiffre de 400 000 morts par an. dont, si l'on comprend bien 350 000 enfants en raison de famines (ce qui ne parait pas cohérent).

Si l'on s'en tient à l'étude de l'ONU qui fait l'objet de l'article, le chiffre de 30 000 morts par an est très faible rapporté à la mortalité générale dans le monde.

Le coût annuel de ces catastrophes climatiques représente actuellement entre 250 et 300 Md$ par an, soit un montant élevé.

Le nombre annuel moyen des catastrophes a été le double, entre 2005 et 2014 que celui enregistré au cours de la période 1985-1995, ce qui renvoie à la question du réchauffement climatique..On ne peut pas, à propos d'une catastrophe donnée, indiquer la part qui est imputable au réchauffement climatique mais on peut observer que la fréquence et la gravité augmente et donc tenter une estimation, ce que fait le rapport du think tank de K. Aman.

Le rapport de Kofi Annan, l'ancien secrétaire général de l'ONU, semble le plus fiable scientifiquement.

Il est basé sur une estimation d'après l'assureur Munich Re de l'augmentation des catastrophes liées au climat par rapport aux autres catastrophes naturelles (tremblements de terre par exemple) et donne le chiffre de 40 % de catastrophes en plus liées au climat. Il en déduit une mortalité liée au changement climatique -en proportion du nombre plus élevé de catastrophes climatiques et d'études complémentaires de l'OMS - de 300 000 morts par an en 2009 ; avec une tendance à l'augmentation vers 500 000 morts par an en 2030.

Le dernier chiffre des l'ONU (30 000 morts par an, 600 000 depuis 1995, première COP ) est donc une estimation basse pour une population de 7 milliards d'habitants.

Souvent, on l'a vu pour la canicule en France, avec ses 15 000 morts supplémentaires, les catastrophes climatiques sont peu visibles car nous sommes habitués à les considérer comme des catastrophes "naturelles" et à y voir  des décès "normaux". Or ce sont des décès supplémentaires, par rapport à la tendance "normale".

Comme l'expliquent de nombreux scientifiques, nous avons changé d'âge géologique (d'âge pour notre planète) : nous sommes dans l'Anthropocène...Avec son cortège de morts, de guerres climatiques et de sommets où pour le moment, les interêts nationaux et des entreprises multinationales du pétrole, du gaz, du charbon, des bétonneurs et des banquiers qui les soutiennent, pèsent plus que ceux du reste de l'humanité.

C'est bien possible en effet que cette étude soit la meilleure pour la raison que vous indiquez.

L'étude de l'ONU dont il est question dans l'article donne des chiffres etonament faibles, 10 fois inférieurs.

Il faudrait les analyser plus sérieusement pour ce faire une idée.

Connaître les saboteurs de climat pour les empêcher de nuire

23 novembre 2015 / Philippe Thureau-Dangin (Reporterre)

Ils sont les fauteurs oubliés du changement climatique : banques, industriels du pétrole et du charbon... Et pourtant, moins d’une centaine de ces multinationales sont responsables des deux-tiers des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Dans Les saboteurs du climat, enquête documentée et chiffrée, le journaliste Nicolas de la Casinière les tire de l’anonymat....

http://www.reporterre.net/Connaitre-les-saboteurs-de-climat-pour-les-empecher-de-nuire

Yara, ou comment les multinationales se servent du climat pour renforcer leur domination sur l’agriculture

23 novembre 2015par Sophie Chapelle

L’agriculture, et en particulier l’agriculture industrielle, est une source majeure de gaz à effet de serre : dioxyde de carbone, mais aussi méthane (issu de l’élevage) et protoxyde d’azote (application d’engrais synthétiques). Alors que les alternatives agro-écologiques gagnent du terrain, les multinationales de l’agrobusiness ont trouvé la parade : le concept d’« agriculture climato-intelligente », censé permettre de produire à la fois plus et mieux, à l’aide d’« engrais intelligents » ou de plantes génétiquement modifiées tolérantes à la sécheresse. Yara, le leader mondial des engrais synthétiques, s’est avidement emparée de ce slogan et cherche à le faire endosser par les négociations climatiques, malgré les protestations des ONG et des organisations paysannes. Ce qui lui vaut une nomination au prix Pinocchio du climat....

http://multinationales.org/Yara-ou-comment-les-multinationales-se-servent-du-climat-pour-renforcer-leur

 

Il est vrai que publier ces chiffres  (606 000 morts…) tirés de divers rapports officiels paraîtra inapproprié à ceux qui n’ont pas compris l’enjeu climatique ou sont indifférents. Certains vont même contester ces chiffres ou arguer que l’on n’a pas la preuve que l’origine est bien l’activité humaine : les négationnistes du climat sauront trouver la parade, comme les créationnistes ont inventé le « dessein intelligent ». Pour plus de 90% des Français, l’urgence est la sécurité (des citoyens français, cela s’entend, pas de ceux qui vivent sur des îles du Pacifique menacées par la montée du niveau de l’océan !). C’est ce que le gouvernement a bien compris : la lutte contre Daesh est « le nouveau champ de bataille mondial » (détournement de la citation de W. Maathai). En temps de guerre, la démocratie passe après, ainsi que l’écologie, et les manifestations qui pourraient faire entendre des points de vue divergents sont interdites (pas les manifestations sportives, ni les rassemblements de consommation de Noël).

Les terroristes — qui ne se préoccupent pas du sort de la Terre ni de l’humanité — ont ainsi coupé la dynamique des associations écologistes qui sont indispensables en temps de COP pour contrebalancer le petit jeu entre États (leurs intérêts particuliers) et multinationales (les intérêts de leurs actionnaires) : soutenues par une forte mobilisation citoyenne, ces manifestations auraient prouvé que les questions du climat, des ressources limitées, de la faim … doivent passer avant les dividendes de Total, Shell, BP, Exxon et autres producteurs de GES. Divers rassemblements auront tout de même lieu, mais ils auront nécessairement moins d’ampleur et les médias des milliardaires ne s’y intéresseront pas.

 

Comme tout enseignant le sait, la répétition importe. Continuez donc à informer, inlassablement, et à former une opinion publique qui petit à petit deviendra plus sensible à ces questions. Bien sûr, les lecteurs de Mediapart ne sont qu’une infime partie de l’opinion publique, mais chacun d’eux transmet à son tour de l’information dans son entourage et participe à la sensibilisation.

À ce soir !

Pourquoi parler de "négationistes" du climat.

Il faut être plus courageux et dire, pour l'instant, "nazis" du climat.

C'est un qualificatif bien plus "dans le vent".

Si ça ne suffit pas, dire "terroriste" du climat, on comprendra mieux maintenant.

Comment peut-on nier quelque chose qui n'existe pas (le dérèglement climatique) ?

Par contre nier l'existence d'une controverse au sujet de l'importance du CO2 d'origine anthropique pourrait être qualifié de négationnisme par des personnes irresponsables et incultes...ce que les climato-réalistes ne sont pas...

  • Nouveau
  • 25/11/2015 16:37
  • Par

Chacune de ces catastrophes n’est pas la conséquence directe du changement climatique et de la hausse du niveau des mers. Mais il est très difficile de distinguer celles qui n’ont pas de lien avec la saturation de l’atmosphère en gaz à effet de serre.

Donc un lien hypothétique mais un chiffre certain pour faire peur. Article inutile et stupide....

L'idéologie néolibérale qui anime tous les participant, a comme socle : "Mes profits immédiats par dessus tout ! Après moi, le déluge."

On ne peut compter sur eux que s'il y a du fric à faire, comme on l'a vu avec le marché des primes carbone. Mais quel bilan écologique???  Tout a été aggravé.

Une vraie politique à moyen et long terme ? Quelle horreur !

Mais il y aura de beaux discours pour la presse.

L'idéologie néolibérale qui anime tous les participant, a comme socle : "Mes profits immédiats par dessus tout ! Après moi, le déluge."

On ne peut compter sur eux que s'il y a du fric à faire, comme on l'a vu avec le marché des primes carbone. Mais quel bilan écologique???  Tout a été aggravé.

Une vraie politique à moyen et long terme ? Quelle horreur !

Mais il y aura de beaux discours pour la presse.

Mais que sont ces 600 000 morts climatiques, à côté de 130 morts français.

Ces morts sans nom n'ont hélas aucune espèce d'importance pour nos politiques qui raisonnent à court terme (les élections) et à courte vue (le business immédiat, la rentabilité).

Quant à la société civile (par opposition à la classe politique, ce mot étant passé dans le langage courant et ne faisant plus frémir personne) quel rôle peut-elle jouer, quand on sait que les manifestations sont interdites (sauf celles du légitime recueillement pour les victimes françaises), et que le but majeur des lois d'exception est peut-être de lutter contre le terrorisme (avec le brillant résultat qu'on constate depuis qu'elles existent) mais surtout de faire taire toutes les voix discordantes : Rémi Fraisse est mort il y a un an déjà, et c'est bien avant les attentats que le gouvernement avait décidé de surveiller les manifestations autour de la COP 21.

Mais que vient faire Rémi Fraisse dans cette histoire ? 130 morts d'un côté, 600 000 de l'autre et un militant assassiné, qu'est ce que c'est que ce gloubi glouba...Et sans oublier que lutter contre le réchauffement climatique c'est lutter contre le terrorisme, pendant qu'on y est.

 

décidemment il y a toujours quelqu'un pour nous ramener Sivens et son "martyr"...

Quand on prétend utiliser des expressions, autant les écrire correctement :

gloubi-boulga gloubi-boulga

Et sinon, à part les commentaires négatifs, on aimerait connaître VOTRE opinion. Juste comme ça, pour rire...

 

Mais que sont ces 600 000 morts climatiques, à côté de 130 morts français.

Rémi Fraisse est mort il y a un an déjà

En vous lisant, on pourrait donc reformuler : que sont ces 130 morts, à côté du seul Rémi Fraisse ? Sans compter que, bien sûr, tout cela n'a rien à voir (d'un côté des morts de catastrophes naturelles imprudemment imputées au réchauffement climatique, de l'autre un mort lors d'une émeute en pleine nuit face à des forces de gendarmerie, au milieu les victimes de plusieurs attentats terroristes aveugles).

Jade,

Il me semble partager votre opinion. Les guignols et les pollueurs qui vont animer la COP 21 en privant les franciliens de leurs libertés ne rendront pas la vie aux victimes des enfers climatiques ni à Rémi Fraisse qui a toute sa place dans ce sujet. Il travaillait pour le bien des autres et de la planète, lui.

Les participants au grand raoût ridicule qui va coûter une fortune aux contribuables et une tribune pour le "greenwashing" des multinationales sont indécents.

Je crois que nous n'avons rien de mieux à faire qu'à ré-écouter Henry Salvador et Boris Vian.

A moins de faire misère aux salauds qui gouvernent et à ceux qui souhaitent prendre leur place.

Vive la Communne !

 

Jade,

Il me semble partager votre opinion. Les guignols et les pollueurs qui vont animer la COP 21 en privant les franciliens de leurs libertés ne rendront pas la vie aux victimes des enfers climatiques ni à Rémi Fraisse qui a toute sa place dans ce sujet. Il travaillait pour le bien des autres et de la planète, lui.

Les participants au grand raoût ridicule qui va coûter une fortune aux contribuables et une tribune pour le "greenwashing" des multinationales sont indécents.

Je crois que nous n'avons rien de mieux à faire qu'à ré-écouter Henry Salvador et Boris Vian.

A moins de faire misère aux salauds qui gouvernent et à ceux qui souhaitent prendre leur place.

Vive la Communne !

 

Jade,

Il me semble partager votre opinion. Les guignols et les pollueurs qui vont animer la COP 21 en privant les franciliens de leurs libertés ne rendront pas la vie aux victimes des enfers climatiques ni à Rémi Fraisse qui a toute sa place dans ce sujet. Il travaillait pour le bien des autres et de la planète, lui.

Les participants au grand raoût ridicule qui va coûter une fortune aux contribuables et une tribune pour le "greenwashing" des multinationales sont indécents.

Je crois que nous n'avons rien de mieux à faire qu'à ré-écouter Henry Salvador et Boris Vian.

A moins de faire misère aux salauds qui gouvernent et à ceux qui souhaitent prendre leur place.

Vive la Communne !

 

Trois publications, ya pas erreur  ?

 

  • Nouveau
  • 25/11/2015 18:30
  • Par

Maintenir cette COP 21 dans un tel état d'émotion en France, mais surtout dans ce contexte international "d'exception" amène vraiment à se poser la question de l'aboutissement des négociations en cours, et de la prise en compte réelle des urgences climatiques. 

On l'a vu depuis des mois, les chiffres, les objectifs sont restés flous, et aucune explicitation pratique n'a vu vraiment le jour. 

Nous avons en réalité tout lieu de penser que ce rendez vous donnera lieu à un moratoire pour les grandes multinationales pour différer leur adaptation et conserver coûte que coûte leur rang dans la hiérarchie du marché. 

Paris en état de siège plus qu'en Etat d'urgence... sera le théâtre des conservatismes des grandes puissances... pendant que ces dernières déverseront leurs bombes sur le moyen orient dans une grande effusion de carbone dans une région déjà meurtrie par le changement climatique. 

Pour prendre des décisions pour l'avenir rien n'est pire que la guerre et la compétition à outrance que se livrent les puissances. 

De toute façon, il n'y avait rien à attendre de la COP 21, comme rien n'est sorti des précédentes réunions sur le climat. Mais des assos qui s'intéressent vraiment au futur de la planète avaient, elles, préparé des actions (totalement non violentes) des manifestations pour faire connaître les problèmes, et maintenant toutes ces actions sont interdites, sous prétexte de... sous quel prétexte, au fait ? les matchs de foot ont repris, les concerts aussi, mais ce qui avait été préparé en marge de la COP 21 reste interdit. Bizarre....

Le prétexte est tout simple.... La protection des citoyens qui manifestent qui lorsqu'ils deviennent consommateurs résistent aux balles, aux bombes, et même... au climat. 

Ne dérangeons pas le Marché... c'est Hollande qui l'a dit... 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

"4,1 milliards d’individus y ont été blessés, y ont perdu leur logement ou se sont retrouvés en situation d’urgence humanitaire, selon une étude du bureau des Nations unies pour la réduction du risque environnemental et le Centre pour la recherche er l’épidémiologie des désastres."

Donc, selon cette brillante bureaucratie onusienne, plus de la moitié de l'humanité aurait été touchée, à des degrés divers? Elle marche sur la tête, et ferait bien de retrouver son bon sens, égaré dans la propagande réchauffiste...

Il y a toujours eu des catastrophes climatiques. Il suffit de lire la presse du siècle passé et les témoignages relevés par les historiens pour les périodes antérieures. Mais parler de dérèglement climatique, c'est non seulement idiot, mais faux. Y aurait-il un "bon" climat" de référence qui aurait perdu la boule? Ridicule! L'indice ACE qui mesure l'énergie cumulée des typhons-cyclones-ouragans est en diminution depuis environ 10 ans: http://imagesia.com/indice-ace-accumulated-cyclone-energy-_10hjc

Par ailleurs, il n'y a plus de réchauffement global depuis 19 ans, et donc aucun événement météo extrême, fût-il dramatique, ne peut lui être imputé. C’est du simple bon sens, mais en reste-t-il chez nos idéologues du climatisme ?

 

 

Il n’y a aucune urgence climatique.

En effet, la TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 19 ans, quoique, sur cette période, le taux global de CO2 ait continué à augmenter linéairement, que nous ayons émis près de 40% de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle, et que les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des observations, ce qui prouve que leur crédibilité est nulle, tout comme les thèses hypothétiques du GIEC qui en sont le socle.

Mais foin de ces basses considérations qui perturbent l’idéologie du climatisme : le dogme, vous dis-je, le dogme ! C’est pourquoi la machine onusienne continue imperturbablement sur sa lancée folle et  irrationnelle, malgré les flops de tous les COPs...

Selon l'OMS, chaque année, plus de 4 millions de personnes, qui n’ont ni gaz ni électricité, meurent victimes des fumées des foyers domestiques. La priorité est donc d’offrir à ces populations une électricité fiable et bon marché, produite par des centrales à charbon de dernière génération, qui dégagent très peu de microparticules, d’oxydes de soufre et d’azote. Vouloir leur imposer des EnR intermittentes et onéreuses et brider de facto leur développement ne sera jamais accepté. C’est pourquoi la COP21 sera le FLOP21.

Le GIEC demande une réduction drastique des émissions du CO2, ce qui ne pourrait se faire qu’en limitant les centrales thermiques et les déplacements de personnes et de biens, ce qui aurait des effets cataclysmiques sur les citoyens et les entreprises. Et penser (GIEC/IPCC, rapport SRREN) que des EnR intermittentes, onéreuses et aux faibles facteurs de charges pourront satisfaire l’accroissement de la demande mondiale, c’est une utopie.

Du reste, l’AIE, qui dispose de solides compétences sur l’énergie (ingénieurs, statisticiens, analystes, ...) prévoit pour 2040, pour l’énergie, au minimum, une augmentation de plus d’un tiers de la consommation de charbon et un doublement de celle de gaz. Au niveau mondial, au milieu de ce siècle, les EnR ne pèseront que 5 à 6%.

D’un côté, nous avons des demandes idéologiques et irréalistes d’un organisme politique, le GIEC, et de l’autre des prévisions sérieuses, solides de l’AIE, organisme professionnel dans le domaine de l’énergie, qui connaît les évolutions de la demande et les projets de centrales thermiques. Les pays pauvres et en développement ne pourront jamais accepter les demandes du GIEC et ils investiront dans les centrales thermiques, notamment des centrales à charbon de dernière génération,  pour sortir de la pauvreté et se développer.

Donc la COP21 sera un FLOP21.

oui mais ça occupe les journalistes de Mediapart, les écolos... et ça permet au gouvernement de parler d'autre chose que de justice ficale, de lutte contre la pauvreté, de lutte contre le chômage, de lutte contre l'intégrisme musulman, etc...

 

En milieu de vidéo, une analyse convainquante de Christin Poupin mettant en pièces la COP21 des flics de la planète et un appel à manifester malgré eux:

Meeting “Contre le terrorisme, la guerre et le racisme”

 

Chacune de ces catastrophes n’est pas la conséquence directe du changement climatique et de la hausse du niveau des mers. Mais il est très difficile de distinguer celles qui n’ont pas de lien avec la saturation de l’atmosphère en gaz à effet de serre.

En d'autres termes, on ne sait pas dire ce qui ou ce qui ne relève pas du changement climatique, mais on choisit de tout lui attributer histoire de charger la barque. Pas très scientifique...

Et pendant ce temps la pauvre pelouse d'un stade de football professionnel se fait bichonner de lumière et de chaleur même sous la pluie...

Certains sont dans un autre monde, comme par hasard, ce sont les plus riches...

Quel gâchis  !

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale