Non-lieu requis pour un gendarme auteur d'un tir mortel à Colmar

Par

Le 26 août 2014, un détenu de 23 ans avait été tué d’un coup de feu au visage par un gendarme adjoint qui l’escortait, alors qu’il tentait de saisir l’arme de sa collègue. Pour le procureur, le gendarme se trouvait en légitime défense.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procureur de la République de Colmar a requis mardi 24 novembre 2015 un non-lieu dans l’information judiciaire pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ouverte suite à la mort le 26 août 2014 de Hocine B., un détenu de 23 ans, tué par un gendarme lors d’une escorte près de Colmar. Selon le procureur Bernard Lebeau, le gendarme adjoint volontaire Michel G., 28 ans, a tiré « en état de légitime défense au bénéfice de sa collègue » dont Hocine B. cherchait à saisir l’arme.