MediapartLive: la FNSEA, la justice fiscale et les lanceurs d’alerte

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Débat très instructif sur la FNSEA... Voila une enquête passionnante d'Amélie Poissot... Merci aussi pour les explications parfaitement claires et argumentées sur la "forteresse assiégée" de Monsieur Luneau... Du très bon travail! Médiapart dans sa pleine dimension journalistique!!! Je file regarder la suite...

  • Nouveau
  • 26/02/2020 20:16
  • Par

Débat sur l'extreme droite,les victimes n'ont pas été évoqué...elles sont kurdes,laique,hostile au régime frériste d'Erdogan.Pas de bol les familles se sont réuni dans un centre culturel pas dans une mosquée.Par contre on a quand même réussi à placer le concept préféré de l'extrème droite sunnite: l'islamophobie.Le suprémacisme  c'est pas le monopole du petit blanc haineux...malheureusement

Julian Assange : L'horreur ! La torture ,e sert pas à faire parler , elle sert à faire taire !

Amnesty International : Signez et faites signer !

États-Unis : Pourquoi Julian Assange ne doit pas être extradé

Publié le 21.02.2020.

Lundi 24 février, un tribunal britannique examinera la demande d’extradition de Julian Assange faite par les États-Unis. Nous demandons que toutes les accusations à son encontre soient abandonnées et qu’il ne soit pas extradé.

Depuis des années, les États-Unis tentent d’obtenir l’extradition du journaliste Julian Assange pour pouvoir le juger sur le sol américain. L’enjeu de l’audience qui a lieu le 24 février est de savoir si le Royaume-Uni, son pays d’accueil actuel, répondra positivement à cette demande, au risque de bafouer ses droits fondamentaux.  

Un risque grave pour la liberté d’expression

Cela fait des années que le gouvernement américain poursuit sans répit le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. D’après l’analyse que nous avons effectuée, les accusations contre lui sont uniquement dues à la publication de documents secrets par WikiLeaks. Ces documents pointaient de possibles crimes de guerre commis par l’armée américaine.

Ce type d’action ne devrait pas faire l’objet de sanctions : il fait partie des pratiques courantes adoptées par les journalistes d’investigation.

C’est le droit à la liberté d’expression et à la liberté d’informer qui sont ici attaqués. L’effet de dissuasion sur les journalistes et tous ceux qui dénoncent les méfaits des autorités en publiant des informations d’intérêt public pourrait être dramatique. Cela pourrait avoir de fait, de profondes répercussions sur les droits des citoyens à connaître les activités de leur gouvernement.

Julian Assange ne doit pas être extradé

Toutes les charges étayant la demande d’extradition des États-Unis doivent être abandonnées afin de permettre la libération rapide de Julian Assange. Dans le cas contraire, les autorités britanniques ont l’obligation claire et sans équivoque de ne pas le renvoyer aux États-Unis.

S’il était extradé, Julian Assange pourrait être détenu aux États-Unis dans des conditions qui s’apparentent à de la torture et à d’autres mauvais traitements, notamment le maintien prolongé à l’isolement. En outre, le risque d’un procès inique est très élevé. La campagne publique menée depuis des années contre lui par des représentants du gouvernement américain au plus haut niveau, porte déjà gravement atteinte à son droit à la présomption d’innocence. 

Agir

Demandez aux États-Unis d'abandonner toutes les accusations visant Julian Assange !

 

Signer la pétition

 

Merci Edwy Plenel                                                                                                                           J'espère que vos paroles briseront la carapace d'un certain journalisme condescendant toujours prompt à brader la qualité première de ce beau métier : la liberté d'informer .

Soirée passionnante, merci E. Plenel, Médiapart !

La FNSEA s'imagine propriétaire de l'agriculture. La tête s'engraisse ! L'argent va pour gober encore plus d'argent en s'étendant vers les usines à poules, cochons, vaches, veaux... 

RUI PINTO, lanceur d'alerte, est en résidence surveillée au Portugal, pour avoir sorti les Football Leaks !

JULIAN ASSANGE, sa torture est une folie, une fabrication, une mise en scène, pour satisfaire les caprices de la CIA dirigée par un psychopathe d'extrême droite, et pour Trump !

Protester, la mobilisation du monde est nécessaire pour le sauver des griffes de la bande de juges dangereux anglais ! Total soutien !

LES ANGLAIS NOUS VOUS ECOUTONS !

Le lapin blanc frétillant anglais Boris est à la remorque de l'orange Trump !

https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/231019/assange-au-tribunal-21-octobre-2019-par-craig-murray

https://www.legrandsoir.info/la-juge-de-julian-assange-et-les-liens-de-son-mari-avec-l-armee-britannique-reveles-par-wikileaks-daily-maverick.html

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/02/24/a-londres-julian-assange-face-a-la-justice-pour-tenter-d-echapper-a-une-extradition-aux-etats-unis_6030606_4408996.html

Interview de Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture.  https://lecridespeuples.fr/2020/02/24/toute-la-verite-sur-julian-assange-un-systeme-assassin-est-en-train-detre-cree-sous-nos-yeux/

Julian Assange, à Londres, le 26 juillet 2010. Le fondateur de WikiLeaks brandit la « une » du « Guardian » consacrée à une fuite de documents de l’armée américaine.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous