Les droits rechargeables seront aménagés

Près de 120 000 personnes vont finalement pouvoir faire jouer le droit d'option, pour sortir de la galère des droits rechargeables, un mécanisme issu du dernier accord sur l'assurance chômage. Une disposition actée par une partie des partenaires sociaux hier. 

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Les chiffres sont enfin sortis hier, à l'issue d'une réunion entre les partenaires sociaux ayant signé la dernière convention d'assurance-chômage, le Medef, la CFDT, FO et la CFTC. Plus de 380 000 personnes se sont fait piéger par le mécanisme droits rechargeables, qui visait initialement à allonger la durée d’indemnisation des demandeurs d’emploi en reconstituant les droits plusieurs années en arrière.

Pour ceux dont le dernier emploi était moins bien rémunéré que le précédent, cette réforme s'est transformée en cauchemar. Reconnaissant enfin la situation, un correctif a été négocié hier : un droit d'option, qui permet aux chômeurs de choisir de bénéficier de leurs droits les plus récents, caractérisés par une allocation plus favorable. Ce faisant, ils consentent cependant à une baisse de la durée totale d’indemnisation.

Cette possibilité sera limitée à ceux qui peuvent justifier de quatre mois minimum de travail avant l’inscription à Pôle emploi, dont les droits rechargeables offrent une allocation inférieure ou égale à environ 600 euros par mois ou ayant un gain d’indemnisation mensuelle d’au moins 30 % en cas de mobilisation des droits les plus récents. Au bout du compte, 119 000 personnes pourront en bénéficier. La modification devait se faire à coût constant, sous la pression du Medef. L'Unedic a donc décidé de baisser l'aide versée aux chômeurs voulant créer leur entreprise. 

Mathilde Goanec

Mediapart est actuellement en accès libre : profitez-en et faites-le savoir ! Découvrez tous nos contenus gratuitement C’est l’occasion pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas de découvrir un journal totalement indépendant et sans publicité qui ne vit que de l’abonnement de ses lecteurs.
L’information est la première force sur laquelle nous devons compter. Une information de qualité, au service du public, soucieuse de l’intérêt général.
Articles, contenus vidéos, podcasts, enquêtes, dossiers... : découvrez-les et jugez par vous-même.
Si vous souhaitez nous soutenir et prolonger votre lecture après la période d’accès-libre abonnez-vous !

Soutenez-nous