L’urgence d’un autre exercice du pouvoir

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

N’importe quelle parole de soignant ou de scientifique a aujourd’hui plus de poids que les propos d’un ministre, du premier ministre ou du président de la République. Ce simple constat résume la défiance, pour ne pas dire le discrédit, qui en deux semaines a frappé le pouvoir exécutif.