La crise et le confinement mettent à l’épreuve le monde paysan

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Louise Calais est complètement débordée. Depuis la mise en place du confinement, cette productrice de fromages de chèvres installée non loin de Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence, fait tout pour continuer à écouler sa production. Mais avec deux marchés fermés sur les trois qu’elle faisait habituellement chaque semaine, et qui lui permettaient d’écouler ses 1 000 fromages hebdomadaires, son organisation a changé du tout au tout en quelques jours. « Avec le soutien d’amis, nous avons mis en place un groupement d’achat, une forme d’AMAP, pour que les gens puissent commander mes produits. Je les dépose en voiture devant leur domicile. »