Espionnage d’intérêts français par le renseignement allemand : la France se tait

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les services de renseignement extérieurs allemands (Bundesnachrichtendienst, ou BND) ont espionné des personnalités et des entreprises européennes pour le compte de l’agence américaine NSA. Les révélations du magazine allemand Der Spiegel, jeudi 23 avril, ont fait l’effet d’une bombe en Allemagne. Les auditions prévues ce jour-là devant la commission d’enquête du Bundestag sur les agissements de la NSA ont été immédiatement stoppées. Quelques heures plus tard, les informations du Spiegel ont été confirmées à certains députés par un proche de la chancelière Angela Merkel. La Chancellerie s’est fendue d’un communiqué reconnaissant, sans plus de précisions, des « déficits techniques et organisationnels au sein du BND » dont elle a exigé qu’ils soient « corrigés sans retard ». Le gouvernement a toutefois démenti tout « espionnage massif des citoyens allemands et européens ». Une formulation qui n’exclut pas la possibilité d’un espionnage ciblé.