Tariq Ramadan, «vitrine» consentante du Qatar (5/5)

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tariq Ramadan ne s'est pas simplement éloigné de France à cause de sa très mauvaise réputation auprès des élites hexagonales. Depuis quelques années, l'ancien prédicateur du début des années 1990, qui vit à Londres, a surtout la tête beaucoup plus tournée vers l'étranger. En particulier vers l'émirat du Qatar, qui finance indirectement la chaire de sciences islamiques contemporaines qu'il occupe à la prestigieuse université britannique d'Oxford, et lui a confié la direction à Doha d'une structure au titre ronflant, le Centre de recherche sur la législation islamique et l'éthique (CILE).