Nouvelle plainte d'avocats de Françaises détenues en Syrie

Par
Les avocats de françaises parties rejoindre l'Etat islamique et détenues au Kurdistan syrien se disent inquiets pour leurs clientes et leurs enfants, dont les Kurdes, assurent-ils, veulent se débarrasser, alors que le gouvernement français maintient jusqu'ici qu'elles doivent être jugées sur place.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Les avocats de françaises parties rejoindre l'Etat islamique et détenues au Kurdistan syrien se disent inquiets pour leurs clientes et leurs enfants, dont les Kurdes, assurent-ils, veulent se débarrasser, alors que le gouvernement français maintient jusqu'ici qu'elles doivent être jugées sur place.