A Roissy, la zone d’attente se transforme en cluster

Par

Depuis janvier, près de 200 Indiens en transit ont été placés en zone d’attente, à leur arrivée à l'aéroport. 87 y sont toujours. L’indécente promiscuité dans ce centre favorise la circulation du virus, et possiblement de son variant indien. D'après nos informations, la police relâche des migrants positifs au coronavirus, sans suivi sanitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier ministre Jean Castex était à l’aéroport de Roissy le 25 avril pour rendre visible l’action du gouvernement dans sa « bataille contre ces variants, qui sont une menace face à laquelle nous devons nous protéger », a-t-il déclaré au lendemain de la mise en place d’un protocole renforcé pour les voyageurs en provenance de cinq pays identifiés à risque (l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Brésil, le Chili et l’Inde).