Karachi: les révélations de l'homme qui a bloqué les commissions

Par et

La piste des commissions – et rétro-commissions – occultes dans l'affaire de l'attentat de Karachi ne cesse de se préciser. Le consultant en sécurité Frédéric Bauer, ancien policier réputé proche de Jacques Chirac, a déclaré à Mediapart avoir été officiellement missionné «par les plus hautes autorités de l'Etat» pour mettre un terme, en 1996, au versement d'une partie des commissions dues par la France dans le cadre du contrat d'armement avec le Pakistan. «C'est un peu comme enlever la nourriture de la cage d'un lion», confie M. Bauer en évoquant l'intermédiaire proche des réseaux balladuriens, Ziad Takieddine, auprès de qui il avait été missionné par les chiraquiens. Le blocage de ces versements, sur fond de guerre Chirac/Balladur, pourrait être le mobile de l’attentat contre la DCN qui fit quatorze morts, le 8 mai 2002. [Photo: Jacques Chirac s'inclinant devant les cercueils des victimes de l'attentat de Karachi]

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La piste des commissions occultes prend chaque jour un peu plus d'épaisseur dans l'affaire de l'attentat de Karachi. Un «homme de main» proche des chiraquiens, le consultant en sécurité Frédéric Bauer, a déclaré, jeudi 25 juin, lors d'un entretien exclusif accordé à Mediapart, avoir été officiellement missionné «par les plus hautes autorités de l'Etat» pour mettre un terme, en 1996, au versement d'une partie des commissions dues par la France dans le cadre d'un contrat d'armement avec le Pakistan, aujourd'hui au cœur d'un potentiel scandale d'Etat.