La radicalisation inégalement répartie dans la fonction publique

Par
Le phénomène de la radicalisation islamiste touche peu les armées et les forces de sécurité mais reste un phénomène mal mesuré, sinon mal contrôlé, dans les transports publics, l'université, la santé et le sport, estiment les auteurs d'un rapport parlementaire rendu public mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Le phénomène de la radicalisation islamiste touche peu les armées et les forces de sécurité mais reste un phénomène mal mesuré, sinon mal contrôlé, dans les transports publics, l'université, la santé et le sport, estiment les auteurs d'un rapport parlementaire rendu public mercredi.