Comment Yade ou Larrouturou exploitent les failles des lois sur le financement

Par

C’est une faille des lois sur le financement des partis : à chaque élection législative, des formations s'allient pour détourner l'esprit des règles et profiter de subventions publiques. L'Obs pointe les cas des partis de Rama Yade ou Pierre Larrouturou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parti de Rama Yade, La France qui ose, créé en avril 2016, va bénéficier de 9 000 euros de financement public par an, alors même qu'il ne remplissait pas, seul, les conditions requises, raconte L'Obs. Avec seulement trois candidats aux législatives ayant atteint le seuil obligatoire de 1 % des voix, il en était même très loin. La règle est claire : une partie de l'aide annuelle de l'État est distribuée aux partis ayant récolté au moins 1 % des votes dans 50 circonscriptions en leur accordant 1,42 euro par voix obtenue au premier tour.