La France insoumise cultive son ancrage dans le quotidien

Par

Pour son premier grand rendez-vous depuis la séquence électorale, ce dernier week-end d'août à Marseille, le mouvement veut affirmer son implantation. L'occasion de sensibiliser les membres aux actions qui se veulent concrètes et utiles, surtout dans les quartiers populaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille (Bouches-du-Rhône), envoyé spécial.-  D’abord deux mille inscrits, puis trois mille, peut-être plus à la fin de ces trois jours de rendez-vous de La France insoumise, qui s’achèveront dimanche midi avec un discours de Jean-Luc Mélenchon dans le quartier populaire du Panier, à Marseille. Les responsables du mouvement ne cachent pas leur satisfaction devant l’affluence à ces “AMFiS”, premier grand raout depuis la séquence électorale. « On a des problèmes de riche, tout le monde n’arrive pas à assister aux débats et aux ateliers », répète Manuel Bompard, qui a dirigé les deux campagnes, présidentielle et législatives. De fait, que ce soit pour écouter l’ancien président équatorien Rafael Correa, vendredi soir, ou pour débattre de la réforme du code du travail samedi matin avec Adrien Quatennens, le député du Nord, les places sont si chères que certains se résignent à écouter d’une oreille, assis devant une porte rendue inaccessible par l’affluence.