Marie-Christine Blandin: «L’élection sénatoriale est un conflit d’intérêts»

Visite du Sénat, vu de l’intérieur, à quelques heures de son probable retour à droite. La sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin, invitée cette semaine d’Objections, est une élue originale. Pas seulement parce qu’elle est le symbole de la force et des faiblesses de l’écologie politique, mais surtout parce qu’elle témoigne sans fausse pudeur.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Entrée en politique en 1984 chez les Verts, devenue présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais en 1992, sénatrice en 2001, réélue en 2011, présidente de la commission de la culture, Marie-Christine Blandin est la première grande notable de l’écologie politique. Une carrière derrière elle ! Quand on le lui fait remarquer, elle le conteste. La suite de l’entretien lui donne tort et raison. Oui, son expérience est longue. Mais non, elle n’a pas perdu son allant de débutante, ni son franc-parler.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié