Jacques Chirac, ou l’obsession du pouvoir

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une vie entière de féroces batailles pour le pouvoir. Pour, finalement, n’en rien faire ou si peu. Jacques Chirac, qui vient de mourir, ce jeudi 26 septembre, douze ans après avoir quitté l’Élysée, laisse derrière lui quarante années de vie publique. L’héritage est bien maigre, sauf à considérer que ce qu’il a si longtemps incarné comme manière de faire de la politique mérite d’être transmis.