Activité partielle: un risque pour l’assurance-chômage, et donc pour les chômeurs

Par

Le chômage partiel pèse sur les finances de l’Unédic. Si le gouvernement a décidé lundi de repousser de trois mois la réforme de l’indemnisation des chômeurs, la menace d’un tour de vis pour rétablir les comptes plane toujours.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En regard d’un plan d’urgence qui n’en est pas un, car multipliant les mesures structurelles libérales, dont la baisse des impôts de production est l’emblème, l’activité partielle est brandie comme l’une des mesures centrales de soutien à l’emploi. Depuis le début de la crise, le gouvernement fait feu de tout bois pour inciter les entreprises à s’en saisir face au mur du chômage qui se profile en 2021.