Eric Dupond-Moretti avoue en catimini ses conflits d’intérêts

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le paradoxe fait homme. Tout en claironnant qu’il n’est pas en situation de conflit d’intérêts dans des dossiers qu’il a traités en tant qu’avocat, le ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti, vient de reconnaître implicitement le contraire, en se déportant de deux affaires largement documentées par Mediapart : ses attaques contre le Parquet national financier (PNF), à l’approche du procès de l’affaire Bismuth-Sarkozy, et l’ouverture d’une enquête prédisciplinaire contre une figure de la lutte contre la corruption, le juge Édouard Levrault.