Simon Persico: «La plus-value de la candidature Jadot était devenue minime»

Par

Pour le chercheur Simon Persico, le retrait de Yannick Jadot en échange d’un accord avec le PS était la solution la plus rationnelle pour EE-LV. Le politiste y voit la conséquence d’une reprise convaincante de l’enjeu écologique par Benoît Hamon. Soulignant la relative jeunesse de l’écologie politique parmi les forces politiques contemporaines, il estime que son avenir s’inscrira nécessairement à gauche. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’accord entre le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts, en contrepartie du ralliement de Yannick Jadot à Benoît Hamon pour l’élection présidentielle, a été approuvé par les électeurs de la primaire écologiste. Un peu plus de la moitié d’entre eux ont participé à un vote organisé du 24 au 26 février, par Internet. Le « oui » l’a emporté très nettement, à 79,5 %. Simon Persico, chercheur en science politique et post-doctorant au centre Émile-Durkheim (Sciences-Po Bordeaux), revient sur les raisons de cet accord et plus largement sur la situation de l’écologie politique en France et en Europe.