Les «cahiers de doléances» des étrangers expulsés

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Témoignages :

Pour suivre au jour le jour l'évolution de la situation dans les centres de rétention, aller sur le site migreurop.org, qui collecte les témoignages de «retenus» recueillis par diverses associations de défense des droits des étrangers. Le site storiemigranti.org, rédigé en italien et traduit en français et en anglais, est un répertoire de récits de migrants du monde entier.

 

Chiffres :

En 2006, 32.817 personnes ont été enfermées en centres de rétention, selon le rapport du gouvernement au Parlement sur les orientations de la politique de l'immigration. Au premier semestre 2007, 17.067 ont été enregistrées.
De 5,6 jours en 2003, la durée moyenne en CRA est passée à 10,27 jours en 2007.
Décidée par le comité interministériel de contrôle de l'immigration du 27 juillet 2004, l'extension de la capacité des centres s'est traduite par une hausse du nombre de places de 1.045 en janvier 2006 à 1.642 en janvier 2007 (y compris les «locaux de rétention»). L'objectif du gouvernement est d'atteindre 2.400 places cette année.

 

Association :
La Cimade se définit comme un service œcuménique d'entraide. Seule association à intervenir dans les centres de rétention, elle est chargée par les pouvoirs publics d'une mission d'accompagnement et de défense des droits des étrangers contraints de quitter le territoire. Elle milite plus généralement pour la défense des droits des étrangers.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Les centres de rétention administrative sont des lieux où les journalistes entrent difficilement. Les informations dont nous disposons viennent principalement de la Cimade (voir dans le «Prolonger»), seule association présente aux côtés des «retenus». Elles sont ensuite relayées par différents réseaux associatifs notamment via Internet. Les «cahiers de doléances» que nous publions ici nous ont été envoyés par leur auteur-collecteur, Abou Ndianor, qui les a rédigés lorsqu'il était enfermé au centre du Mesnil-Amelot, et qui, depuis, a été relâché.