Parti de gauche, PCF, NPA: des divisions et un petit moral

Par
Une semaine après des régionales où la gauche radicale a une nouvelle fois souffert de la division et d'alliances variables, les bilans ne sont pas folichons. Le Parti de gauche de Mélenchon laisse éclater ses états d'âme. Le PCF connaît une nouvelle vague de départ. Le NPA se divise sur les enseignements à tirer de son isolement. Tour d'horizon de lendemains qui déchantent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le paradoxe de l'autre gauche n'en finit pas d'interroger. Alors que, malgré la division et une forte abstention des classes populaires, elle a réalisé près de 10% aux élections (voir tableau ci-dessous), elle semble être d'ores et déjà paralysée par l'échéance présidentielle de 2012, de la même façon qu'elle avait explosé lors de celle de 2007. Comment éviter dans les deux ans qui viennent que l'histoire ne se répète en 2012, débouchant vers d'inéluctables candidatures concurrentes entre PCF, Parti de gauche et NPA?