La laïcité divise encore et toujours la Macronie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Imaginez que quelqu’un vienne avec un tee-shirt Marine Le Pen dans un salon de coiffure afro ? » « Ou que moi j’arrive à l’Assemblée nationale en bermuda et en tongs ? » Ce jour-là, François Cormier-Bouligeon tentait de nous expliquer les raisons pour lesquelles il considère que la discrimination à l’embauche n’existe pas lorsqu’il s’agit de personnes arborant un signe religieux visible lors d’une procédure de recrutement. « La discrimination fondée sur l’origine et le sexe est intolérable », mais « une entreprise est fondée à demander à l’un de ses employés de ne pas être voilé », indiquait alors le député La République en marche (LREM) du Cher, rappelant qu’il existe, au sein de chaque structure privée, des règlements intérieurs. Et que « personne n’est obligé d’aller bosser dans un endroit ».