Rien ne va plus à l'AFPA, qui en appelle à l'Etat

Par

Le numéro un de la formation des chômeurs en France a la tête sous l'eau. Hier, Jean-Luc Vergne, le président national de l'AFPA, a annoncé sa démission pour « créer un choc ». Une surprise pour les salariés et les syndicats qui tablaient sur le départ du directeur général Philippe Caïla, un proche de l'ancien gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 8 mars dernier, Mediapart consacrait une longue enquête (à relire ici) au démantèlement de l’AFPA, l’Association pour la formation professionnelle des adultes, en crise partout en France depuis les réformes désastreuses engagées sous le quinquennat Sarkozy. Mediapart s’était intéressé au cas très précis de la région Picardie, l'une des plus petites régions où l'Afpa est implantée, où le démantèlement est particulièrement flagrant et où les employés ont le sentiment de « suivre le chemin de France Télécom ».