Le journaliste Gaspard Glanz: «Quoi qu’il arrive, je travaillerai le 1er Mai»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Samedi 20 avril, alors qu’il couvre l’acte XXIII des « gilets jaunes », le journaliste indépendant Gaspard Glanz, 32 ans, reçoit des éclats d’une grenade sur la jambe. Il demande aux forces de l’ordre à s’entretenir avec le commissaire pour comprendre pourquoi il a été visé par ce tir. Il est alors violemment repoussé par un policier auquel il répond par un doigt d’honneur. S’ensuit une interpellation musclée.