Sur fond d’impunité, les unités «anticasseurs» de Castaner font de nombreux blessés à Paris

Par

Dans un bilan rendu public vendredi, la coordination des « Street medics » présents à Paris le 20 avril indique avoir pris en charge 152 blessés. Plusieurs blessés graves ont chargé des avocats de déposer plainte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Quand je dis on ira au contact, c’est aller physiquement à la dispersion », avait explicité le secrétaire d’État Laurent Nuñez, le 20 mars, en détaillant la feuille de route du nouveau préfet de police de Paris Didier Lallement et celle des unités « anticasseurs » créées par le ministre de l’intérieur Christophe Castaner. Samedi 20 avril, les « gilets jaunes » ont été confrontés à Paris aux nouvelles méthodes du duo ministériel : les forces de l’ordre ont à plusieurs reprises chargé sur les cortèges ou les attroupements.