Tibéhirine: les révélations cachées dans le coffre-fort du juge

L'ancien juge Bruguière n'avait pas versé au dossier les confessions de repentis des Groupes islamiques armés (GIA). Les bandes-vidéo, qui datent de 2006, font apparaître l'implication d'un homme considéré comme un agent double des services secrets algériens, dans l'affaire de l'assassinat des moines de Tibéhirine.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La scène est sans doute inédite dans les annales judiciaires. Le 14 avril 2008, le juge antiterroriste Marc Trévidic demande à la greffière Isabelle Jamin, chef du service de l'instruction, de dresser un «procès-verbal de constatation» parfaitement surréaliste. Quelques jours plus tôt, le magistrat a découvert que son cabinet était doté d'un coffre-fort, dont il n'avait pas la clef. Et pour cause: celui-ci n'avait été utilisé que par son prédécesseur, le juge Jean-Louis Bruguière – il a pris sa succession mi-2007 –, qui ne lui en avait pas signalé l'existence. Le juge Trévidic obtient de la greffière qu'elle ouvre le fameux coffre, dans lequel il trouve notamment un CD-Rom, une cassette vidéo et deux cassettes audio rangés dans un carton.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal