Dossier. Le Brésil du Mondial Chronique

La Parisienne Libérée chante les manifestations au Brésil : «C'est pas pour 20 centimes»

Comme le disent les pancartes des manifestants : c'est pas pour 20 centimes, c'est une question de droits.

Comme le disent les pancartes des manifestants c'est pas pour 20 centimes, c'est une question de droits (voir sous l'onglet Prolonger).
Dernière chronique de la saison : La Parisienne vous donne rendez-vous en septembre et vous souhaite à tous un bel été ! D'ici là, vous pouvez revoir toutes ses chansons ici.
C'EST PAS POUR 20 CENTIMES
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

“I will say something which is crazy, but less democracy is sometimes better for organizing a World Cup” – Jerome Valcke, secrétaire général de la FIFA – Zuric, le 24 avril 2013
Une petite augmentation
Sur les tickets de métro
La police en action
Réprime Sao Paulo
Au pays du football
Il y a quand même des limites
Face aux tirs de flash ball
Tout est allé très vite
C’est pas pour 20 centimes
C’est une question de droits
Les hôpitaux en ruine
Les bus qui n’arrivent pas
C’est pas les 20 centimes
C’est pour l’éducation

C’est pour plus de médecine
Et moins de corruption !
Les éditorialistes
Se grattent le menton
La jeunesse est en piste
Il doit y avoir une raison
La télé nationale
Choisit bien ses images
Espérant que les vandales
S’en retournent à la plage
Mais c'est pas pour 20 centimes
C’est une question de droits
Les hôpitaux en ruine
Les bus qui n’arrivent pas
C’est pas les 20 centimes
C’est pour l’éducation

C’est pour plus de médecine
Et moins de corruption !
Une sacrée vinaigrette

Pourtant qu’il y a de la croissance
Et une gestion de la dette
À faire pâlir la France
« Le Brésil est allé même plus vite que nous puisque, Madame Dilma Rousseff l'a rappellé son niveau dette publique sur PIB est de 35 %. 35 % ! » – F. Hollande
C’est pas pour 20 centimes
C’est une question de droits
Les hôpitaux en ruine
Les bus qui n’arrivent pas
C’est pas les 20 centimes
C’est pour l’éducation

C’est pour plus de médecine
Et moins de corruption !
C’est pas pour la piécette
C’est contre l’amendement
L’absurde PEC 37
Et tous les renoncements
Les milliards qui s’abîment
Pour plaire à la Fifa
C’est pas pour 20 centimes
C’est une question de droits
Le géant qui s’éveille
Est prié de se recoucher
Mais il n’a pas sommeil
Et il préfère marcher
Quand on va de l’avant
Y’a des mots qui raisonnent
Comme dirait le Président
Let’s move on !
« Let's move on » – J. Barbosa, Président de la Cour suprême du Brésil
-------------
Les précédentes chroniques

Qui veut réformer les retraites ? / Le grand marché transatlantique ne se fera pas / Austerity kills / La méthode ® / La LRU continue / Le spectre du remaniement / Amnésie sociale / Décomptes publics / Legalize Basilic / Dans la spirale / Le marché du chômage / Le châtiment de Chypre / Le chevalier du tableau noir / Le blues du parlementaire / Aéropub / Le patriotisme en mangeant / Les ciseaux de Bercy /La chanson de la corruption / Nucléaire Social Club / Le théâtre malien / La guerre contre le Mal / Le nouveau modèle français / Si le Père Noël existe, il est socialiste (2/2) / Si le Père Noël existe, il est socialiste (1/2) / Montage offshore / Le Pacte de Florange / La rénovation c'est toute une tradition / L'écho de la COCOE / Notre-Dame-des-Landes pour les Nuls / Si Aurore Martin vous fait peur / Le fol aéroport de Notre-Dame-des-Landes / Ma tierce / Refondons / TSCG 2, le traité renégocié / L'empire du futur proche / La route des éthylotests / Les experts du smic horaire / "Je respecte le peuple grec" / La bouée qui fait couler / Les gradins de la démocratie / Les casseroles de Montréal / Fralib, Air France, Petroplus... / Comme un sentiment d'alternance / La boule puante / Le sens du vent / Sa concorde est en carton / Demain est un autre jour / L'Hirondelle du scrutin / Huit morts de trop / Le rouge est de retour / Financement campagne / Je ne descends pas de mon drakkar / Quand on fait 2 % / Toc toc toc / Travailleur élastique / A©TA, un monde sous copyright / Y'a pas que les fadettes... / Les investisseurs / La TVA, j'aime ça ! / Votez pour moi ! / Les bonnes résolutions / PPP / Le subconscient de la gauche (duo avec Emmanuel Todd) / Un président sur deux / Mamie Taxie / L'usine à bébés / Kayak à Fukushima / La gabelle du diabolo / Les banques vont bien / Le plan de lutte / «Si je coule, tu coules...»

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Extrême droite — Enquête
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Histoire
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Europe — Reportage
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Médias — Parti pris
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit