Après le Brexit, la droite française martèle l'importance de la «Nation»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À moins d'un an de l'élection présidentielle, et à cinq mois de la primaire, la droite française a été un peu déboussolée par le résultat du référendum outre-Manche. Sans sortir des programmes européens qu'ils avaient présentés (lire notre article ici), et qui prévoyaient déjà moins d'Europe, les candidats à la primaire tentent de se faire entendre des eurosceptiques en donnant une tonalité plus nationaliste à leurs discours. Nicolas Sarkozy a convoqué un bureau politique extraordinaire des Républicains ce lundi, justement pour évoquer les conséquences du Brexit.