Après le Brexit, la droite française martèle l'importance de la «Nation»

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Nous sommes le petit chaperon rouge.

et bientôt nous l'interogerons, Maire Grand, que vous avez de grands yeux, que vous avez de grandes dents .....

C'est pour mieux vous manger mes enfants.......

( valable pour Mère grand aussi ;)  )

Ah oui ! Ca a atteint son acme avec mitterrand et kohl la main dans la main et tous les journalistes larmoyant devant cette image présentée comme inoubliable !

La droite est une meilleure boussole d'abord parce que plus personne ne sait ce que veut la gauche. Que la droite parle de "nation" ne peut surprendre personne, c'est ce que tout le monde attend d'elle.

Par ailleurs c'est bien la gauche qui a promu l'idéologie néolibérale en France, pas Schuman ni Chirac. Et le PS a été très très largement l'acteur déterminant de l'UE : politique du franc fort, Acte unique, Traité de Maastricht (euro). La monnaie unique a été voulue par Mitterrand. La droite n'a jamais eu la créativité idéologique nécessaire pour installer un tel système et pour le faire avaler aux populations. Songez que même après les épisodes chypriote puis grec, la gauche a encore des ressources pour affirmer que l'Europe peut bénéficier aux travailleurs et qu'on peut aller vers une Europe sociale.

Personne ne sait ce que veut "la gauche" parce que vous participez au jeu de la confusion délibérée du PS osant se dire encore "de gauche". Le PS n'est pas la gauche, ou alors, vous nous faites du Orwell délibéremment vous aussi. A quels desseins si ce n'est pour se retaper la droite de LR ou du FN sur la même ligne sensiblement que le PS et pour que rien ne change?

Moi je sais bien ce qu'est la gauche. J'ai voté Non à Maastricht. Mais ce n'était pas du tout de cette façon que les choses étaient vues : on accusa alors le PCF de ne pas être un parti de gauche. Ainsi, la dissidence de Mélenchon remonte à une dizaine d'années tout au plus, alors que le programme néolibéral du PS a plus de trente ans.

***

Mélenchon était si critique envers l'UE qu'il disait en 2002 de Chevènement qu'il était un nationaliste…

Et, plutôt que réclamer un référendum sur la sortie de la France de l'UE, il conseille à Hollande sur le palier de l'Elysée l'harmonisation des normes par le haut de l'UE…

Il est à preuve du contraire un fédéraliste européen « furtif » (ou honteux).

Son plan B est un erstaz et il parle bien plus depuis des années de son plan A dans les médias. 

Mélenchon est un pro-UE tellement furtif que dès 1995, au sein du courant de la Gauche socialiste, il exigeait de "tourner la page de Maastricht" qu'il tenait comme "un échec sur toute la ligne" (Libé, 16/02/1996). En 1998, il votait au Sénat contre la délégation de la gestion de la monnaie à une BCE indépendante et contre le passage à l'euro. En 1999, il votait contre le traité d'Amsterdam au Congrès. En 2005, il était un des acteurs majeurs de la campagne contre le Traité constitutionnel (TCE). En 2008, il votait contre le traité de Lisbonne au Congrès. En 2009, il était le seul candidat aux européennes à faire campagne contre le traité GMT (TAFTA). En 2012, il était le seul candidat à la présidentielle à faire campagne contre le traité budgétaire (TSCG). Le fond – sinon la forme – du discours de Mélenchon et de Généreux a toujours été "Cette Europe, on la change ou on la quitte... mais on ne commence pas par abandonner avant de se battre".

J'avais alors voté tout comme vous. Le oui ne l'avait emporté que de très peu et nous avions presque touché au but : 51% (Non : 49%) à grand renfort de pilonnage médiatique. Mais ce que ni vous ni moi ne devons oublier, c'est que ce joli score (qui, quelques années plus tard, se transformerait positivement lors du référendum de 2005 au sujet du TCE) était le fait à la fois de la gauche antilibérale (non social-démocrate) et... de l'électorat du Front national ! Faire avec.

Á la présidentielle de 2002, incapable d'accorder le moindre crédit à la candidature Robert Hue (la suite de sa carrière me dit que j'avais de l'intuition...) j'avais sans le moindre complexe opté pour Le Che, qui fut ensuite accusé (comme les cocos du referendum de 1992) d'avoir permis le FN au second tour et l'élimination du "trotskiste" Jospin ! Clin d'œil Peut on dire, comme vous le faites au sujet de Mélenchon aujourd'hui, qu'il s'était, de manière impardonnable rédhibitoire et définitive, trompé en étant auparavant socialiste PS et même ministre ?

Pour info cette archive : Chevènement 1992 referendum Traité de Maastricht

http://www.ina.fr/video/CAB92051531

@GYGDE

Le changement de l'Europe ? Quand les poules auront des dents. Et cela fait des décennies que nous sommes un certain nombre à avoir pris date. Que d'énergie, de temps perdu à faire vivre un mirage.

Par ailleurs, qu'est-ce donc que cette idée consistant à sous-entendre ou expliquer que l'UE est l'horizon indispensable pour toute politique de gauche ? Mélenchon croit malin de rappeler que : « Le socialisme dans un seul pays n'est pas possible »… CQFD : faisons l'Europe. Il est un fédéraliste.

Certes, au lieu d'un TCE il préconise un autre TCE — traité de Constituante européenne ; un substitut magique qu'il croit là aussi malin. Mais quelle supercherie de faire croire ainsi qu'avec 500 millions d'habitants et 27 Etats-nations différentes, de langues, histoires sociales et rapports de forces structurellement inégaux, etc. une Constituante pourrait mettre d'accord tout le monde. Quel irénisme pour quelqu'un qui veut renverser la table ! 

Quant à faire de lui un acteur majeur du référendum de 2005 ou dire qu'il était le seul à faire campagne contre le TPCI ou le TSCG, c'est une nouvelle fois raconter des blagues. Il en fut simplement comme la plupart d'entre nous, ou d'autres candidats.

Votre tissu d'âneries est tellement décousu qu'on n'en distingue même plus la trame. Juste un mot sur les campagnes : on peut facilement vérifier qu'aucun autre candidat en 2009 ne combattait le GMT dans sa profession de foi, et qu'aucun autre candidat en 2012 n'a expliqué ni même abordé les dangers du MES.

Vous êtes incroyables, les Mélenchonistes : vous ne pouvez pas tenir un commentaire sans un moment ou l'autre insulter votre interlocuteur. Vous résistez très mal au poil à gratter.

Prenez encore un peu de temps et réfléchissez…

Éspérant que ce soit une lecon aux autres qui ont ignoré le peuple  de se raviser !

Ah ça, pour manipuler les concepts fumeux, les politiciens sont toujours là. Je réclame, je persiste, il faut un travail pour tous, le reste, pour l'instant, on s'en fout.

C'est bien ça qu'il faut crier à tous les politiques qui viennent nous gonfler avec des belles paroles, mais qui ne servent qu'à diviser les citoyens. Il serait enfin temps de simplifier les choses, (bordel de merde). La grossièreté n'étant pas mon style d'expression, je mets ça entre parenthèse.

Heureusement,l'équipe de France a perdu l'Euro!

C'est bien connu, Giscardn, théoricien de la "démocartie libérale avancée", était de droite... l'alignement du PS à partir de 83 et le désastreux quinquennat de Holande n'autorisent pas au révisionnisme ni à dire n'importe quoi.

L'Europe est effectivement d'abord démocrate chrétienne. Ils ont bien posé les bases d'une Europe "apolitique". Mais la gauche, alors dominée par les communistes, était tout à fait opposée à cette Europe, ainsi que les gaullistes. Delors, ministre du gouvernement Mauroy, était un chrétien démocrate. Il a fallu toute la créativité idéologique de la gauche pour imaginer le grand basculement de 1983 en faisant passer l'Europe pour un simple prolongement de la République française avec ses idéaux de liberté et d'égalité.

c'est comment déjà   la pub Renault : Pipeau/pipeau

nos Seigneurs de l'entourloupe, moi président......

vous êtes cuits les comiques

Ce serait déjà ça de gagné, à moins qu'ils ne rebaptisent le TAFTA pour le refaire passer par la fenètre d'une autre manière, comme le traité constituionnel européen rebaptisé 2 ans plus tard "Lisbonne" avec le même contenu.

Nous devons être assurés que c'est ce qu'ils feront. Baratin d'un côté et décisions implacables à l'opposé ensuite - comme il est inscrit dans les gènes de la social démocratie, ici encore pire si c'est possible... que la droite.

  • Nouveau
  • 27/06/2016 19:19
  • Par

Des mots ... et on peut être quasiement sûrs que la rhétorique à venir sera aussi nauséabonde que celle de l'aile droite du Brexit, sans pour autant changer d'un iota l'allégeance au fonctionnement actuel de l'UE qui leur convient parfaitement.

Les mots sont ici intéressants : ils signalent que les politiciens se sentent obligés d'accompagner un mouvement lent mais profond du corps citoyen.

À force de rivaliser de souverainisme, même factice, dans leurs déclarations, ces responsables politiques de premier plan aident à dédiaboliser les discours de rétablissement de la souveraineté (nationale, populaire, c'est selon).

Pour un politicien, « le peuple » désigne exclusivement ceux qui pensent et votent comme eux.  En outre la dérive identitaire touche de la même façon la droite, extrême ou non et la gauche. Et l’école est en première ligne :

https://blogs.mediapart.fr/b-girard/blog/250616/brexit-larnaque-souverainiste

https://blogs.mediapart.fr/b-girard/blog/150616/lecole-au-peril-de-la-surenchere-identitaire

Les électeurs du leave , souvent chomeurs et laissés pour compte, appauvris par la politique globalisée  de Blair et Cameron * sont devenus les kamikaze qui ont réussi à torpiller la grasse City, wall Street , la finance internationale et ...les élites globalisée de l'UE

C'est la démonstration qu'un certain retour des états-nations est le seul moyen pour réguler  et éviter de tels drames

* sans oublier Thatcher

++

Tout à fait d'accord, mais à la place ils auront plus d'ultralibéralisme et une chasse ouverte à l'immigré. Super programme effectivement. 

Attendez ils sont pas encore arrivés ,...

dans un an on pourra s époumoner tous en cœur ! 

***

Oui, le retour à l'état-nation seul moyen de prendre notre destin en main. Mais rappelez-moi déjà qui affirme cela sans cesse depuis 2007, date de sa création : l'Union Populaire Républicaine et son président, François Asselineau. Vous comprenez pourquoi il est privé de s'exprimer dans les merdias aux mains des puissants français et de leurs copains-coquins  financés par eux.

A moins qu'à la place ils puissent se réapproprier réellement l'orientation politique qu'ils décident y compris vers autre chose que l'ultralibéralisme et la chasse à l'immigré, sans la fausse démocratie que Bruxelles nous jette tel la poudre le marchand de sable?

C'est le discours d'une autre Europe qui devait apporter la prospérité et la paix. Aujourd'hui, les Britanniques, constatant que ces objectifs n'étaient pas atteints, en on tirer la conclusion logique et réaliste qui s'imposait ...

En ce qui concerne l'objectif de prospérité, il est atteint pour une minorité de puissants et de possédants...

En ce qui concerne la paix. Oui, nous l'avons entre pays européens (bien que les conflits des Balkans, des massacres de musulmans en Serbie et autres sont encore proches) mais nous avons réussi à exporter la guerre en dehors. Comment nos gouvernants, Sarkozy comme Hollande, peuvent-ils encore prétendre que nous ne sommes pas "en guerre"? Et l'état d'urgence ! Il est réel ou bien je rêve ! C'est ça l'état de paix proposé ? C'est ça leur bilan... positif ?

A Pierre C

Le scoop ! Nicolas Sarkozy frappé par la maladie d'Alzheimer. Le prochain bulletin de santé (falsifié comme pour tous les présidents depuis Pompidou) paraîtra-t-il prochainement ?

Ces crétins veulent nous faire le coup du brexit ??? Si nous voulons quitter leur "europe", les déchets de l'extrême droite et de l'extrême "bourgeoisie" du "profit", du racisme, du crime économique devraient savoir que ce n'est pas eux que nous appellerons pour le faire !!

Hors de question. Qu'ils n'y pensent même pas.

Nous avons déjà dit NON en 2015. Qu'en ont-ils fait ????

  • Nouveau
  • 27/06/2016 21:26
  • Par

« Jamais, jamais, jamais ne nous lassons d'offenser les imbéciles ! » (George Bernanos)

© Télé de Gauche Paris

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-anselme/blog/270616/le-brexit-cest-la-sortie-moche-de-lue

Merci pour cette vidéo.
je suis la plupart du temps tout à fait d'accord avec Lordon.

On remarquera le commentaire de texte des écrits sur le lexit d'un politologue, celui-là là même qui pérorait hier soir sur mdp avec la clarté de discours qui le caractérise... Clin d'œil

Et quand on demande à Lordon quelle Europe il appelle de ses voeux, sa réponse - l'Europe des nations - est celle de la grande famille qui va de Chevènement à Le Pen.

« Anti-UE égale facho », « manifestant égale casseur », « gréviste égale terroriste », « CGT égale Daesh », etc... Les amalgames crapuleux concoctés dans les officines sarko-solfériniennes gonflent tout le monde, et c'est pourquoi tout le monde déteste le PS.

Tout le monde, sauf les fachos du FN et ceux de Daesh bien sûr, puisqu'à l'évidence, ces amalgames crapuleux servent la soupe aux fachos : ils gonflent leurs égos en gonflant artificiellement leurs rangs.

B. Girard... Marine Le Pen, sors de ce corps !

Ah, non, que Sarkozy, le bonimenteur ripoublicain, se taise une fois pour toute. Il nous a déjà blousé (pour rester correct) avec le traité de Lisbonne (2009), voté en congrès à Versailles - avec la complicité totale de tous les députés et sénateurs socialistes - pour contourner le référendum de 2005, qui rejetait, à 55%, la constitution européenne. N'oublions pas que le référendum sur Mastricht, c'était ric-rac, et, voyant qu'il était susceptible d'être rejeté par le peuple, Mitterrand - via ses communicants - a mis son état de santé dans la balance (révélation de son cancer de la prostate). Ces faits sont avérés et révélés par son médecin personnel, le docteur Gubler dans son livre "Le Grand Secret" interdit un temps de parution.

La prostate de Mitterrand a changé la face du monde...

Le nez de Cléopatre peut aller se rhabiller !

Décidément les analyses des lecteurs de Mediapart sont d'un haut niveau. 

Pour Cléo, ça n'est pas son nez, c'est son cul,

pour l'autre, ça n'est pas sa prostate la cause, mais bien sa malignité à lui et son égo.

Mitterrand et les 40 voleurs... - Jean Montaldo - Babelio   

De plus en plus lamentable...

Pauvre type

  • Nouveau
  • 27/06/2016 22:39
  • Par

Oui à l'Europe des peuples, non aux nationalistes, aux capitalistes et aux démagogues; non aux frontières. Changeons l'Europe; mais la détruire c'est la porte ouverte aux fascismes et aux extrêmes droites et une victoire de Le Pen à l'horizon.

La dignité et la solidarité, le respect du vivant, la coopération, la bienveillance, l'intelligence désintéressée des situations, l'empathie, la bonne foi et la bonne volonté sont les seules conditions possibles de l'équilibre.

Quitte à faire la guerre, il faut la faire contre eux. Ils nous enverront tous à Auchwitz. C'est un fait avéré. S'imaginer que cela ne peut pas se reproduire est une très grave erreur.

  • Nouveau
  • 28/06/2016 04:29
  • Par

nouveau

 C'est bizarre ce qui se passe. 

  1. D'un côté, "on" va peut-être les faire revoter (coup tordu déjà pratiqué)
  2. De l'autre, Hollande, Merkel, etc, voudraient accélérer et "approfondir" l'UE 
  3. Et la droite française se badigeonne d'une "fausse couche" de nationalisme 

Or, au-delà du brouillard actuel, quelle est la "ligne" sous-jacente, capable à la fois

  • de rassurer les "marchés" ?
  • de s'annexer  le  "peuple"  ?

Même retoquée, celle élaborée entre Ayrault et le ministre allemand des A. E... Et comme l'harmonisation fiscale et l'Europe sociale demeureront du pipeau, ne retenons que les deux points essentiels : 

1 - Premier temps :  l'argent  """la désignation d'un "président à plein temps de l'Eurogroupe", qui rendra des comptes à une sous-commission spécifique du Parlement européen pour la zone euro ; et  la création d'un "organe parlementaire" composé de membres du Parlement européen, avec la participation d'élus nationaux, qui aura "pleine autorité sur les sujets de surveillance budgétaire et macro-économique". 

Autrement dit : nous serrer la vis côté fric,  et ça, c'est le genre de chose qui plaît aux "marchés", mais qu'il faut faire avaler d'une manière ou d'une autre au "peuple" qui se rebiffe ; d'où, outre la fausse opération de charme crypto-lepéniste :

2 -Deuxième temps : la  force  (dont un embryon existe) ! """ une intervention plus systématique de l'UE pour gérer des crises ayant une incidence directe sur sa sécurité ; mise en place d'une chaîne de commandement civilo-militaire permanente et de forces de réaction rapide opérationnelles afin de "pouvoir planifier et conduire plus efficacement des opérations militaires et civiles" ; la création d'un corps européen de protection civile """ 

On parle de "l'extérieur", mais, et cela plaît à nouveau aux "marchés", on pointe sans le dire "l'ennemi intérieur"

3 - Et en ultime ligne de mire : la signature proche du TAFTA

C'est bien cela que l'on nous prépare. Ils l'ont simplement mal dit et trop tôt.

 

En réponse au Brexit, je n'ai entendu qu'un son de cloche unanime de la droite proposé à la maladie dont souffre l'Europe:  frontières, sécurité et  chômage...

Dimanche, un reportage sur la 2 était consacré au nouveau Sarkozy. Je ne résiste pas à évoquer ses nouveaux propos au mot près :

":En 2017 , nous ne pourrons plus accepter que des syndicats se comportent comme des partis politiques . nous ne pourrons plus accepter que des gens qui n'ont rien dans le cerveau viennent sur la place de la République donner des leçons à la démocratie française"... .Devant des Français de l'étranger " (vers 11min 15) L'autre jour, j'étais à Tourcoing. Je voyais un jeune toubib fantastique dans un quartier pas possible; je lui dis "mais vous recevez combien de patients par jours? Il m'dit une trentaine. il rajoute immédiatement c'est pas pour gagner plus...C'est Sarkozy pas Hollande... Moi, ça me fout le trac quelqu'un qui me dit qu'il ne veut pas gagner plus, qui ne veut pas un plus bel appartement pour sa famille, une meilleure école pour ses enfants. Où en est on arrivé ?".

Sa conseillère en communication ne lui a pas dit qu'il n'était pas très séant de  révéler que les meilleures écoles étaient pour les nantis !!!! 

Les frontières, "ils" les veulent aux portes de l'Europe mais ils les veulent aussi dans nos villes, tous les jours  notre espace urbain est amputé et converti au dieu commerce .De plus en plus fréquemment, les Partenariats Publics Privés engloutissent  des zones entières en interdisant l'accès aux personnes démunies du sésame réclamé . Les gueux font tache. 

La sécurité! la sécurité ! Le mot est lâché !! Nous quand on entend sécurité de l'emploi eux entendent sécurité de leur patrimoine. Quand on entend plus de protection, eux entendent plus de contrôles. Déconnectés de la réalité ? Erreur...L'univers des affaires est là, à l'écoute du moindre frémissement de la population mais pas n'importe quelle population... La classe moyenne celle qui a encore les moyens de payer ses légumes bio, son vélo électrique, les bons soins, les bonnes études pour ses gosses (même si cela doit se faire à coup d'emprunts révolving), Leur angoisse c'est de basculer du mauvais côté urbain .A défaut de moyens, le mieux , c'est  d'occuper ces nouveaux espaces (les autres devenant inaccessibles) en nombre suffisant pour s'assurer une convivialité  sécurisée et un espace design, écologique...Mais ce tableau presque idyllique comporte un gros défaut, le recul lent, organisé, méthodique, irrémédiable de la culture. Chez moi, il n'y avait pas de livres (et pas beaucoup d'argent non plus) mais ce sont des profs admirables qui m'ont légué (pour ne pas dire nous)  un autre patrimoine. Malheureusement aussi, je sais que cet héritage me manque. Je ne le comblerai jamais. Tout au plus, ai-je la satisfaction d'avoir légué à mes enfants le peu que j'ai accumulé en espérant qu'ils en feront bon usage. Dans les années 68/70, les universités de philo, socio, psycho croulaient sous les demandes d'inscription. Aujourd'hui ce sont les écoles de commerce, les universités d'économie ou de droit...avec le glissement idéologique que l'on sait.

Dans la classe moyenne, c'est comme à l'école, il y a les moyens +, et les moyens -.Ce qui fait socle commun ce sont les impôts et leur intérêt pour les élections. Pendant les belles années, comme à l'école, les moyens - pouvaient espérer améliorer leurs performances en travaillant plus. Aujourd'hui c'est terminé. Le GPS indique un chemin étroit vers le haut et une large autoroute vers le bas. Les moyens + sont décomplexés et les moyens- le sont. Mais déjà faut-il en prendre conscience... Le clivage droite/gauche est complexe.

Des analystes très experts (?)...sur le Brexit ont diagnostiqué 2  types de  campagne . Une campagne émotionnelle (leave) et une campagne rationnelle (remain). En général, les experts de la TV, je ne les trouve pas très expets, toutefois, dans ce cas, les analyses me semblent justes.Lorsque le tweet (pris comme unique forme d'expression donc émotionnel) prend le pas sur un article pédagogique de Médiapart  (pour ne citer que lui), pour moi c'est dangereux. Je n'aime pas les raccourcis. J'y vois une conséquence du recul culturel évoqué plus haut.. et pour ces raisons, j'ai peur pour la démocratie...Réagir avec ses tripes, n'est jamais bon, cela débouche toujours sur une diarrhée qui est sûrement incontrolable, explicable, justifié mais qu'il nous appartient de traiter.

 

 

Etonnant que personne n'ait évoqué le référendum de 1969 qui a pourtant un cousinage certain avec celui du Royaume Uni

 

  • Nouveau
  • 28/06/2016 08:12
  • Par

"Après le Brexit, la droite française martèle l'importance de la «Nation»" "la droite française"  ?

n'aurait il pas été normal de parler de partis de pouvoir  ?

 droite , gauche , ça n'existe pas .  ils prennent des postures pour les élections mais   leur feuille de route est la même .

vous voulez parler de la bande ump ? dites le clairement .

vouloir cacher que les Sarkozy ,Juppé,...ne  sont  , comme les Hollandes , Valls , ... , que des exécutants du Bildeberg  , c'est participer à cette vaste tromperie .

la véritable information ne peut être que dans le vrai  et ne peut s'accommoder de bribes de propagande .

droite gauche ca n'esxiste pas?

ah bon pour vous Rajoy et Iglesias cest pareil? B Johnson et Sadiq Khan? Bernie Sanders et Trump? l opposition en Pologne,en Hongrie et le s partis ultraréacs au pouvoir? Le Parti des Travailleurs et les liberaux au Bresil? Tsipras/ Varoufakis et la famille MItsotakis?

vous participez à la confusion en niant ecs clivages fondamentaux entre les progressites et les conservateurs/

> vous participez à la confusion en niant ecs clivages fondamentaux entre les progressites et les conservateurs/

On peut dérouler à l'infini le discours idéaliste, mais le problème c'est bien quand d'auto-proclamés "progressistes" s'asseoient précisément sur les dits clivages et mènent une politique dans les mêmes rails que ceux que vous appelez "conservateurs" (mais qui sont en réalité, économiqument, au service du néo-libéralisme).

Votre liste, c'est l'auberge espagnole : vous mêlez des gens qui n'ont jamais gouverné (Khan, Sanders, Trump, Iglesias), des partis discrédités (le PT au Brésil), des gens qui mènent exactement la même politique de sujétion que la droite austéritaire qu'ils ont remplacée (Tsipras). L'énumération ne mène pas à grand'chose : si vous prenez votre sujet à coeur, analysez indépendamment chaque cas.

Enfin, si votre but est une comparaison avec la situation française, il serait plus logique de se tenir à des pays proches dans leurs structures sociales et économiques : les problèmes de la Hongrie ou du Brésil sont assez éloignés des nôtres.

  • Nouveau
  • 28/06/2016 09:31
  • Par

En surfant sur les thèmes les plus démagogues, la droite française évite les sujets fondamentaux sur le néolibéralisme qu'elle soutient; les traités Tafta, Tisa, Ceta; la finances dévoyée; les multinationales intouchables....

Quand je pense qu'il faut encore supporter le nain malfaisant dans ce genre de débat... C'est à hurler, et pas de rire en plus. Mais comment tout ces branques de la politique et du pouvoir peuvent-ils encore imaginer une crédibilité de leurs analyses de circonstance, opportunisme au service de la démesure de leur ego.Criant

  • Nouveau
  • 28/06/2016 10:10
  • Par

Sarkonocchio a retourné sa veste, son pantalon, son slip, ils sont prèt a tout les mensonges pour etre élu, il reprend presque les propos de JLM.

 

La droite française est, depuis la fondation de l'UE de plain pied dans le sillage collaborationniste version xénophobe de jadis. La social-démocratie l'est aussi, depuis aussi longtemps, avec double langage main droite-main gauche qui a illusionné 35 ans durant. Main droite ordo-libérale pour les décisions et orientations européisto-libérales forcenées mises en œuvre de facto depuis le début, discours démago à imagerie marxiste sous Mitterrand et pour duper le gogo, promesses électorales à géométrie opposée dans les actes sous Hollande : le "populisme" c'est là qu'il est. Pas ailleurs. Que les éditocrates qui usent et abusent de ce vocable pour enfumer le chaland se le tiennent pour dit. Nous serons de moins en moins dupes.

Jean-Pierre Chevenèment, dans L'Enarchie parlait de la revanche de Vichy.

L'enarchie Ou Les Mandarins De La Societe Bourgeoise - PriceMinister

www.priceminister.com › ... › Livres Sciences de la vie et de la terre (Autre)

À partir de 9,60 €

Achetez L'enarchie Ou Les Mandarins De La Societe Bourgeoise. de JACQUES MANDRIN au meilleur prix sur PriceMinister. Profitez de l'Achat-Vente Garanti !

Á relire, spécialement au sujet de l'ENA (dont sont encore et toujours issus les trois quarts des candidats aux présidentielles et, ensuite, tout l'entourage de vainqueur) :

http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/noblesse/entretienNO89.html

EXTRAIT :  <<<Ce sont des univers de croyance, où il s'agit de faire croire qu'on est les meilleurs, the best and the brightest... Mais pour le faire croire, il faut aussi le croire. Et pour le croire, il faut des assurances... Or l'ENA donne en effet l'accès aux meilleures positions sociales et économiques. C'est le résultat d'un long processus. J'ai analysé les raisons du succès de l'ENA. Pour résumer, il faut savoir qu'avant l'ENA il existait déjà, dès le XIXème siècle, des concours pour les grands corps. L'ENA a opéré une sorte de concentration de tous ces concours séparés, c'est-à-dire une véritable concentration du capital symbolique, déjà très grand, qui était attaché à chacun d'eux. Et puis, c'est la seule école qui prépare explicitement au pouvoir. L'École normale a toujours produit des présidents de la République, des diplomates... mais c'étaient un peu des transfuges, et l'École normale restait orientée vers la recherche, l'enseignement supérieur... Polytechnique a toujours fourni des grands cadres, mais sa fonction principale était de fournir des ingénieurs... Tandis que l'ENA a été d'emblée constituée comme école du pouvoir. Ce qui lui donnait un considérable avantage dans la compétition. Elle pouvait ainsi attirer tous ceux qui, par leur origine, se sentaient légitimés à revendiquer le pouvoir et qui avaient tous les atouts pour le faire, et en particulier le capital de relations sociales et les dispositions mondaines sans lesquels le capital scolaire n'est rien, au moins sur certains marchés.

L'ENA conduit aujourd'hui, autant et peut-être plus sûrement que Polytechnique, au pouvoir sur l'économie. Polytechnique, on le comprend : on conçoit qu'un grand ingénieur puisse devenir le dirigeant d'une entreprise industrielle, mais pour l'ENA, c'est plutôt paradoxal. Et gros de conséquences pour le fonctionnement de la banque et de l'économie. Quelqu'un me disait (c'est un peu simplificateur) que ça consiste à recruter des généraux en prenant pour critère les capacités qu'ils manifestent dans les bureaux en temps de paix... (...) J'ai essayé, en m'appuyant sur les travaux des historiens de l'éducation et de l'institution parlementaire, et sur les grandes théories classiques que les hommes de robe ont produites depuis le XVIème siècle, de montrer comment s'est constituée peu à peu ce corps (plutôt que classe) qui a dû produire l'État pour se produire et pour imposer sa domination, et qui doit reproduire l'État pour se reproduire. Cette bourgeoisie de robe, convertie en noblesse, qui a trouvé, avec l'ENA, son instrument de reproduction idéal...>>>
    

Ne pas oublier les X/ENA, en encore ENS/ENA, avec Sciences Po au milieu (en 2 ans)

Jacques Attali — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Attali

Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français, né le 1 novembre 1943 à Alger. Conseiller d'État, professeur d'économie, conseiller ...

Bernard Attali · ‎Positive Planet · ‎Discussion:Jacques Attali

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, ...

https://books.google.fr/books?isbn=2110975229

Nathalie Carré de Malberg - 2011 - ‎Political Science

De 1900 à 1936, les exigences ne changent plus guère ; des modifications ... En 1941, 1942 et 1943, les deux concours de l'Inspection des finances et de la ...

LÉON BLUM HAÏSSAIT-IL LA FINANCE? 1936 ET AVANT, 1E PARTIE ...

www.initiative-communiste.fr/.../leon-blum-haissait-finance-1936-1e-partie-annie-lacr...

29 mai 2016 - Il réussit, à 23 ans, « le concours du Conseil d'État » (1895) et, membre .... Il appréciait notamment beaucoup les inspecteurs des Finances, qui ...

Chapitre VI. Le concours de l'Inspection - OpenEdition Books

books.openedition.org/igpde/3009?lang=fr

3 En 1936 et 1937 Baumgartner ne dirigeait plus les grandes écuries mais ..... Quand vous êtes reçu à l'Inspection des Finances, vous vous faites une idée plus ...

Le recrutement des inspecteurs des finances de 1892 à 1946 - Persée

www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1985_num_8_1_1203

de NC De Malberg - ‎1985 - ‎Cité 10 fois - ‎Autres articles

Aller à Le concours - L'examen d'aptitude au Service de l'Inspection des finances a été mis en ... 1936, le décor ne change plus guère, des modifications ...

Toutes les grandes écoles sont destinées aux héritiers pour qu'ils existent, perpétuent et tiennent le rang de leur classe. Cependant, je mettrais un bémol s'agissant de l'X - qui a formé des grands ingénieurs, de grands scientifiques, et autorise quelques "atypismes"... Contrairement à l'ENA qui n'enseigne rien (sauf une idéologie) si ce n'est à conserver et perpétuer une domination de caste tout en fabriquant des êtres totalement incultes et inutiles au bien public. Une secte.

Jean-Luc Mélénchon, Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen, Nigel Farage - tous ces eurosceptiques ont quand même un point commun - ils siègent (pour ainsi dire voir les stats d'absentéismes à ce propos) au Parlement Européen.

Ils crachent dans la soupe de laquelle ils bouffent. M. Farage devra se trouver un nouveau job bientôt. Ont-ils bien refléchis ? Moi je voudrais bien lire sur Médiapart une enquete pour connaitre des entrepreneurs, maires, élus régionaux qui seraient pour une sortie de la communauté européenne.

Moi en tant qu'entrepreneur, une sortie de la communauté européenne me semble contreproductive. Est-ce que j'ai loupé quelque chose ? Bref ce que je veux dire, c'est que je comprends qu'il y a des perdants dans la globalisations, mais ils ne sont certainements pas du coté des entrepreneurs. Bref j'aimerais avoir une discussion sérieuse sur les bons arguments des tenants de la sortie et de l'individualisme, mais qu'on ne parle plus de protectionisme de marché.

Bref est-ce que les entrepreneurs corses seraient comblés si la Corse déclarait son indépendance ? Je ne pense pas dans l'ensemble.

"Ils crachent dans la soupe de laquelle ils bouffent"

non , monsieur !

les personnes dont vous parlez  n'ont pas été élues pour aller à la soupe mais pour représenter les citoyens   au même titre que les autres   , même si l'assemblée européenne est une très vaste blague

cracher sur la communauté européenne  est le devoir de tout citoyen   épris de Démocratie , de respect des  droits de l'Homme  et de solidarité; l' "Europe "est une insulte  à la dignité humaine.

 

 

 

" Bref est-ce que les entrepreneurs corses seraient comblés si la Corse déclarait son indépendance ? Je ne pense pas dans l'ensemble."

dans l'ensemble , c'est sur , ils le seraient davantage !

dans un Pays , la communauté citoyenne n'est pas faite que  d'entrepreneurs ; ceux ci ne sont ni plus travailleurs, ni plus respectables, ni plus compétents , que le  reste de leurs  concitoyens .-la Rolex  et yatch  ne garantissent pas une vie plus heureuse -

vous vous croyez assez fort  pour  souhaiter un monde de loups ? moi , je suis pour leur éradication .

 

Peut-être que Hollande se réveille avant que cà soit trop tard ! Il risque de jeter l'électorat socialiste dans les bras de la sirène qu'est Marine la peine !

On a pas fini d'en bouffer de la droite Pétiniste

Un cauchemar que l'on pensait tombé dans les poubelles de l'histoire

  • Nouveau
  • 29/07/2016 20:48
  • Par

" le Brexit, la droite française martèle l'importance de la «Nation»"

pourquoi mettre le mot NATION  entre guillemets?

est ce un gros mot , une insulte ?

moi qui suis nationaliste  , n'ais je qu'un droit : la potence  ?

un journaliste çà fait de l'information ou de la propagande .

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale