Hollande se paie la plus importante saisie de cannabis depuis 2011

Par

Près de 6 tonnes de cannabis ont été saisies le 26 juillet par la police à Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Une saisie record, tombée à pic pour le président de la République qui a fait un détour par Marseille le lundi 27 juillet.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

En visite, lundi 27 juillet, auprès des pompiers et de la gendarmerie du Var, François Hollande et son ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve n’ont pu résister au plaisir de venir présenter eux-mêmes à Marseille la saisie record réalisée la veille par des policiers. 5,64 tonnes de résine de cannabis ont été trouvées, dimanche vers 11 h 30 par des policiers de la police judiciaire (PJ) et de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS), à Vitrolles, dans une villa où trois personnes ont été arrêtées. 150 kg supplémentaires ont été saisis lors d'une transaction.

© LF
Une paille au regard des centaines de tonnes de cannabis qui transitent chaque année en France, mais une part importante des saisies réalisées en 2015. Il faut, selon le ministère de l'intérieur, remonter à mars 2011 pour retrouver une saisie de cette ampleur réalisée par la police sur le territoire français. À l’époque, la PJ avait intercepté 7,064 tonnes de cannabis dans une camionnette et un poids lourd, sur l'autoroute A4, entre la Marne et la Seine-et-Marne.

Selon nos informations, cette saisie a été réalisée dans le cadre d’une enquête en flagrance ouverte au parquet d’Aix-en-Provence. Contactée, la procureur d’Aix-en-Provence Dominique Moyal n’a pas souhaité communiquer sur les circonstances de cette découverte.

Situation inédite : les rares informations sur cette opération ont donc été délivrées devant les caméras par le président de la République lui-même, en visite à la CRS 55 de Marseille. « C'est un trafic international », a-t-il déclaré, saluant la coopération avec les autorités marocaines et espagnoles. Selon François Hollande, les « trafiquants » arrêtés « étaient domiciliés dans la région parisienne » mais « visiblement, avaient des complicités ici ». Selon Patrick Laberche, le chef adjoint de l'OCRTIS, également présent, cette affaire a mobilisé pendant des mois une vingtaine de policiers de l'OCRTIS. La drogue serait arrivée du Maroc par ferry avant de passer par l'Espagne. « Le trafic était sans doute destiné aux cités parisiennes voire à des pays étrangers », a précisé Patrick Laberche. Au total, la valeur de la drogue saisie lors de l'opération est estimée à 15 millions d'euros.

En 2014, selon la direction centrale de la police judiciaire, quelque 47 tonnes de cannabis (résine, herbe et huiles) ont été saisies sur les territoire français par la police, la gendarmerie et les douanes. Ce chiffre a chuté de 38 % par rapport à 2013. La PJ avance deux raisons : l’interruption des géolocalisations jusqu'à la promulgation, en mars 2014, d'une loi les encadrant, ainsi que la suspension de la coopération avec les autorités marocaines, fâchées par la convocation du patron du contre-espionnage marocain soupçonné de « torture » par un juge d'instruction français.

Les douanes affichent quant à elles 158 tonnes de cannabis saisies en 2014. Ce chiffre inclut des saisies réalisées grâce à des renseignements des douanes, en coopération avec des services étrangers, en dehors des eaux territoriales françaises. En 2014, 42,7 et 28,2 tonnes de résine de cannabis ont ainsi été découvertes dans deux cargos, au large de la Sicile. Notons qu'en 2013, à la frontière espagnole, les douanes avaient saisi près de 7 tonnes de résine de cannabis en février, puis plus de 7,5 tonnes de cannabis en avril.

(Avec Reuters)

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale