Deux nouvelles plaintes ciblent Benalla pour le 1er mai

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je me suis fait plaquer contre l’arbre le plus proche avec le téléphone dans la main. J’ai les deux bras écartés et mon corps tape l’arbre. » Le témoignage de Noémie (prénom d'emprunt), publié le 27 juillet par Libération avec une vidéo tournée lors de cette interpellation, confirme qu’Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron, et Vincent Crase, employé LREM, ont participé à des opérations de maintien de l’ordre, avant leur intervention du 1er mai place de la Contrescarpe qui a déclenché une crise politique majeure. Sur les images, loin d’être de simples observateurs, les deux comparses se conduisent comme des policiers et vont jusqu’à interpeller des manifestants.