Après l’affaire Baupin, le PG et les écolos planchent sur le sexisme

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De nos envoyés spéciaux à Toulouse et à Lorient. – Un choc, et un début de remise en question. Quatre mois après la révélation de l’affaire Denis Baupin, deux partis de gauche ont organisé, à l’occasion de leurs universités d’été, un atelier consacré au harcèlement sexuel entre les militants. L’objectif : instaurer de nouveaux outils pour accueillir la parole des femmes, voire sanctionner en interne les auteurs de violences sexuelles.