Le déficit public proche de 2,6% du PIB cette année

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

"- Le rebond du déficit public "....

Enfumage. Quand le déficit se creuse on ne peut dire "rebond".

Ensuite :

" le nombre des emplois aidés dans le budget 2019 pourrait passer de 200.000 à 100.000, ce qui permettrait de dégager un milliard d'euros."

La récupération de la fraude  l'optimisation fiscale pourrait rapporter 80 milliards d'euros.

Ne confondez pas fraude fiscale et optimisation fiscale. L'une est légale, l'autre ne l'est pas.

Le déficit reste le même d'une année sur l'autre en pourcentage. Il est en rebond par rapport à la diminution initialement prévue. Il augmente (sans "se creuser"), puisque la base du pourcentage augmente.

Surtout que s'est faux, 100 000 emplois aidés ne dégagent pas un milliard d'euros, il nous enfume.

100 000 emplois coûtent 10 000 euros par an chacun, ce qui fait 1 milliard d'euros, en effet.

La plupart des emplois aidés sont pour des gens qui étaient le plus éloignés de l'emploi, sur les 100 000, combien vont être au chômage derrière? La plupart car ils sont dans des collectivités qui ne pourront plus payés le salaire.

Et qui va leur payer leur chômage? Ben l'état.

Bravo, on va passer de 100 000 que l'état payent pour apporter un service à 100 000 personnes que l'état payent pour être au chômage.

Ah ben, à partir du moment où c'est légal, surtout ne faisons rien pour essayer de la limiter, cette "optimisation" fiscale...

Notre économie nationale sera bientôt moins reluisante que celle du Zimbabwe, mais tout va bien : le bateau coule normalement !

Je n'ai absolument pas dit ça. Mais il y a, voyez-vous, une petite différence entre violer la loi et en tirer parti. Reste que la "contribution" dont parle l'article 13 de la DDHC89 devrait être mieux contrôlée par les citoyens, conformément à l'article 14.

Et à quel niveau on fait la différence? Qui est là pour savoir si c'est légal ou si cela va jusqu'à la fraude?

Les contrôleurs fiscaux, vous savez, ceux qui n'étaient pas assez nombreux pour faire les contrôles, ce qui a amené l'état à réduire leurs effectifs. D'ailleurs, il est déjà annoncé pour l'année prochaine que l'on va continuer à supprimer des contrôleurs du FISC, comme ça, on est sur que ceux qui passent de l'optimisation fiscale à la fraude fiscale ne seront pas inquiétés.

Par contre, les effectifs pour contrôler les chômeurs sont eux, en forte hausse.

Le message est clair.

 

D'où la nécessité de simplifier les règles. 

Et ce n'est pas du tout ce que souhaite Macron.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale