Affaire Tapie : les preuves du mensonge

Par

Lors de l'audience décisive de la cour d'appel de Paris, mardi 29 septembre, Tapie prétendra, encore une fois, qu'il a été abusé par l'ex-Crédit lyonnais. De nombreux indices, découverts par Mediapart, suggèrent au contraire qu'il était de mèche avec sa banque. Nous révélons aussi l'acte de vente d'Adidas, jusque-là secret. Il confirme que depuis plus de vingt ans, Tapie n'a cessé de mentir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si la presse tout autant que la justice avaient omis de s’intéresser à un épisode clef de l’histoire Tapie, qui pourrait être décisif ? À la veille de l’audience ultime de la cour d’appel de Paris, qui a lieu ce mardi 29 septembre et qui, sept mois après l’annulation du célèbre arbitrage (lire Affaire Tapie: l'arbitrage frauduleux est annulé), jugera le très vieux contentieux Adidas-Crédit lyonnais, il peut paraître curieux de soulever une semblable interrogation. Et pourtant les nouveaux témoignages que nous avons recueillis ainsi qu’un document majeur, mais jusque-là secret, que nous sommes en mesure de rendre public, à savoir l’acte notarié de la vente d’Adidas, permet d’y voir beaucoup plus clair.