« C'est animal, comme un instinct de survie », dit-il. Même durant la trêve des confiseurs, Édouard Martin, le leader de la CFDT des Arcelor-Mittal de Florange en Moselle, ne baisse pas les armes. Les festivités de Noël à peine terminées, le syndicaliste vedette de la vallée de la Fensch reprend la bataille, rongé par la tournure qu'a pris le dossier Florange ces dernières semaines, un fiasco au sommet de l'État. Ce jeudi 27 décembre, il a transmis une longue lettre ouverte au président de la République, François Hollande, « pour que soit connue et comprise notre vision des choses, de manière exhaustive, non tronquée et non déformée ».