Cachin, Fried, Thorez. Au service du grand Staline

Par

Ils ont été les bâtisseurs du Parti communiste. Quand tant d’autres ont été éliminés ou ont claqué la porte, Marcel Cachin, Eugen Fried et Maurice Thorez sont restés au sommet jusqu’à leur mort. Le prix ? Tout accepter : les ignominies staliniennes et les volte-face de Moscou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà trois hommes radicalement différents. Ils n’ont en commun qu’une intelligence vive, une passion dévorante de la révolution et une force de travail peu commune. Tous les trois ont accompagné la bolchévisation puis organisé la stalinisation accélérée du Parti communiste. Ils sont passés à travers toutes les réorganisations, les crises, les purges et les changements de ligne décidés par le Komintern, cette direction de la Troisième Internationale basée à Moscou, capitale de la révolution mondiale.