Tapie n’est pas près de rendre son magot

Par

Profitant des faux pas du parquet, le tribunal de commerce de Paris multiplie les jugements tortueux permettant à Tapie de ne pas rendre son magot. De son côté, l'État tarde à utiliser les moyens de coercition qu'offre le code de procédure pénale pour exécuter une décision de justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lendemain de la décision de la cour d’appel de Paris qui, le 3 décembre 2015, a condamné Bernard Tapie à rendre les 404 millions d’euros indûment perçus lors du célèbre arbitrage frauduleux, majorés de quelque 40 millions d’euros d’intérêts, on pouvait penser que l’État récupérerait vite l’argent public. Erreur ! Depuis, pour des raisons multiples qui se combinent, Bernard Tapie ne semble pas du tout près de rendre son magot : parce que le tribunal de commerce a rendu d’invraisemblables jugements qui font entrave à l’exécution de l'arrêt ; parce que le parquet n’a pas dénoncé ces entraves, avant de changer de tactique, ce qui a créé un invraisemblable imbroglio ; parce qu’enfin, l’État ne semble pas du tout déterminé, pour récupérer son dû, à faire jouer les moyens de coercition que le droit autorise.