Aux «4000», détruire les barres n'a pas changé la vie

Par
La barre Renoir dans la cité des 4000 de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, a été détruite en 2000. 360 logements furent anéantis en une implosion symbole d'une politique de la ville radicale. Aujourd'hui, les habitants d'un côté, les pouvoirs publics de l'autre, reviennent sur les conséquences de cet événement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Renoir, c'était une famille. On avait nos coins, nos habitudes. Les soirs d'été, on restait à discuter en bas des immeubles, on rigolait jusque tard dans la nuit. Aujourd'hui, dans les rues le soir, il n'y a pas un chat. Quand on est partis, nos cœurs ont été déchirés, nos vies démolies, ça a été le fracas.» Bambi, 24 ans, ancienne locataire de Renoir, s'apprête de nouveau à déménager. La tour Balzac où elle a été relogée va être détruite elle aussi.