Police et délinquance : des objectifs chiffrés à la décimale près

Par et
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Il y en a qui crée de la richesse , d'autre du vent du chiffre , quitte a faire passer n'importe quoi pour de la délinquance ... en oubliant les patrons voyous amis du pouvoir ... Décidément on assiste à la mise en place d'un pouvoir de clan une petit mafia du pouvoir , exerçant ses prérogatives avec une mise en scène grandiose , tout prévoir à l'avance faire taire les critiques , bientôt emprisonner les opposants . La France va ressembler à la Chine . Sarkozy avait lançé au premier ministre Chinois avoir quelques difficultés avec son fils. Un stage en Chine lui serait bénéfique .? Oui les français ont élus des FACHOS le front National s'est transformé en UMP . Lorsque les français seront atteint dans leur chaire par la folie paranoïaque du pouvoir hypnotique de cet homme dont on a du mal à comprendre le charisme , tant il est versatile menteur approximatif , opportuniste bling bling etc ...bref toutes les tares génétiques du politique français . Tout ceci va nous perdre du temps . L'important c'est qu'à la fin l'extrême droite incarnée par l'ump sera vomie par les français et que le Modem pourra trouver sa place , en attendant du chiffre du chiffre messieurs les comptables ....
@KRABLOUTZ Ne rêvez pas trop quand même, la place du Modem reste effectivement à trouver, et de nombreux français ne sont pas près de lâcher une droite dure, hélas, là je vous rejoins, car elle les fait encore rêver, ou fantasmer, oubliant - tels d' incorrigibles enfants -le plus souvent leur gueule de bois au réveil.
  • Nouveau
  • 28/03/2008 15:06
  • Par
Très bon article décrivant le délire managérial d'élites politiques qui confrontées aux risques de l'action préfère la douceur (pour eux) gestionnaire. Le New Labour est allé jusqu'au pire avec ce type d'approche. Pour un monde McKinsey.... Voir sur mon blogue l'article sur Brown, blair.... http://www.mediapart.fr/club/blog/tto
Que mesurent "les chiffres de la délinquance" ? Le nombre de plaintes ? Le nombre d'actes de la police ? Dans les deux cas, avec cette circulaire, on risque de tomber dans la "prophétie auto-réalisatrice" : freiner la prise des plaintes (illégal mais trés courant), freiner l'activité pour "coller" avec la demande de baisse. Comme par ailleurs on demande de l'augmentation du côté des expulsions de sans-papiers... Merci pour cet article et amitiés à David.
  • Nouveau
  • 28/03/2008 17:46
  • Par
Faire des statistiques pour mieux comprendre les événements que l’on est en charge de maîtriser et de faire évoluer dans le bon sens est en soi une bonne méthode de travail. Si c’est dans cet esprit que ces méthodes de travail sont imposées, je dis bravo ! Mais comme on connaît ses saints on les honore : l’approche de ce gouvernement comme du précédent consiste à définir des objectifs d’amélioration et une méthode de “reporting” en annonçant haut et fort “Mesdames et Messieurs, votre évolution de carrière (et de salaire) dépendra de vos résultats.” Dans ces conditions il n’y aura que quelques naïfs pour ne pas atteindre les objectifs. Et le prochain coup, après avoir compris, ils feront comme leurs aînés, ils “arrangerons” les chiffres et nous pourrons bénéficier au journal de 20 heures, d’annonces triomphales d’amélioration, ici de l’insécurité ou là du chômage. Finalement, c’est facile le management. Mais il semble qu’ils n’aient pas encore trouvé la bonne méthode pour l’économie et le pouvoir d’achat...
Cela me rappelle le principe de Peters généralisé qu'on peut libeller ainsi: "Quand on a atteint son niveau d'incompétence, on fait des organigrammes." Comment les policiers qui auront à remplir tant de tableaux pourront-ils en même temps remplir leur mission de protection des personnes et des biens? Comment le commissaire rédacteur des documents que vous présentez trouve-t-il le temps de faire son vrai travail de policier? Encore heureux qu'on n'oblige pas les policiers, comme dans certaines entreprises, à rédiger une fiche quotidienne d'activité. Si cela leur arrive un jour, sait-on jamais vu l'évolution décrite dans l'article, on leur suggère la rédaction suivante: "Activité du jour: rédaction de la fiche quotidienne d'activité". Un peu de police de proximité serait tellement plus utile...
Effectivement, on peut craindre que l'objectif rappelé à la fin du texte «la promotion de la culture du résultat ne doit pas occulter les aspects qualitatifs» ne soit pas la priorité des policiers placés devant les obligations de statistiques... D'autant plus que rien ne semble prévu en parallèle pour une "évaluation" (ô combien plus difficile à penser et mettre en oeuvre) du côté "qualitatif" des affaires de sécurité.
Pourquoi ne pas demander aux futurs délinquants de remettre à l'année prochaine leurs actes délectueux, et en contre partie le ministère de l'intérieur pourrait leur octroyer une bourse pour bonne conduite, et ainsi faire chuter le % d'actes de délinquances pour 2008 et d'en faire déjà un compte rendu par voix de presse. Ce gouvernement et les autres oublieraient-ils que le terreau de la violence est la MISERE, la même qui envahi jour après jours nos zones urbaines et rurales et que ces actes répréhensifs en tout genre n'auront qu'une tentance, celles de faire évoluer des courbes des statistiques et d'affoler les compteurs. Mais bon nous connaissons le sérieux des spécialistes des statistiques, début 2007 les SUBPRIMES ne devaient être qu'un problème Local (USA), le taux de croissance prévu pour 2008 (2 - 2,25), Chomage en baisse 7,5 % alors que certaines voix à l'UMP commencent à admettre que cela est conjoncturelle -PapyBoum - enfin, chiffrons, chiffrons cela n'engagnent que ceux qui font les calculs.. Le Caneton Menotté
Il arrivera bien un jour où le mot management sera considéré comme étant grossier.
Cette absurde idée, car prétendre transformer heureusement l'homme en automate est une erreur majeure, et une idiotie simple, a été initiée par les américains, et ils commencent à s'en méfier. La France, toujours avec 15 ans de retard, exploite le filon usé, et constatera à son tour, mais après bien de dégâts, l'inefficacité d'un tel système.
Ainsi que l'a dit un intervenant ici, c'est tout confort pour les décideurs qui se simplifient la tâche tout en augmentant, sur le dos des exécutants, leurs salaires. Nous ne l'oublierons pas, lorsqu'il faudra rendre des comptes.
Enfin, dommage que Mediapart n'ait pas creusé davantage. Nous aurions également sans doute pu apprendre que les chiffres sont à géométrie variable, même s'ils doivent contredire les faits. Tout pour les bons chiffres, aux dépends des intérêts réels, mais surtout légaux.
--
http://blog.honorgate.net
Sur la dernière partie de votre commentaire, je me permets de vous indiquer cet article qui accompagnait notre enquête et qui, en un sens, «creusait» davantage la question du tripatouillage des chiffres: http://www.mediapart.fr/journal/france/270308/la-fabrique-des-statistiques-et-la-culture-de-la-performance Bien à vous.
Effectivement j'aurais pu et dû m'y référer :) Mais mon impression du tripatouillage va plus loin. En effet, pourquoi ne pas imaginer l'orientation des délits constatés, en fonction du vent politique ? En d'autres termes, pourquoi se contenter de cette manipulation des chiffres au niveau policier, et pourquoi ceux qui ont la charge des dossiers, les préfets puis les ministres (le ministre de l'intérieur en tous cas), ne pourraient-ils pas orienter par ordre les résultats. Typiquement ce pourrait être, attention mesdames et messieurs les policiers, ce mois çi les infractions sur les stupéfiants sont trop nombreuses, faites-en moins, et orientez vos investigations sur les reconduites frontières ... etc ...etc ...
Ainsi, la police ne serait plus au service des concitoyens, mais au services des responsables, qui du coup s'en serviraient pour favoriser leurs carrières, qu'elles soient électorales ou non. C'est une des conséquences de l'automatisation des hommes au profit des chiffres. L'exemple même de l'idiotie absolue de la culture du résultat, le déni humain finalement, comme si un citoyen investi d'une mission au profit des autres, devait être stimulé par récompenses et punitions. Des résultats qui ne serviraient finalement que l'intérêt du chef (et de ses fins de mois).
C'est à mon avis, un scénario épouvantable, qui m'apparaît du coup comme étant tout à fait plausible. Reste à enquêter peut-être là dessus.
les attributs et les outils de la rentabilité financière au service d'une cause malsaine les statistiques humaines, subjectives celles de la délinquance, de la criminalité, des petits délits mis sur le même plan. Le pire c'est que cela ne soit pas une farce. Je sais ce qu'est la police, j'ai du mal à concevoir une police technique et scientifique. Sera-t-elle aussi utilisée contre les manifestants, citoyens qui réclament plus de justice sociale des salaires décents? Comment vont être utilisées ces données quantitatives ? Comment peuvent être décrèter des diminutions d'actes certes parfois commis par des malfaiteurs, mais souvent, comme le dit cet article par des acteurs sociaux en souffrance, en resistance? Alors il faut aussi résister au ridicule des circulaires ministérielles.
Comme Honorgate je demande quand cessera t-on de prendre des vessies pour des lanternes ? Le «management» c'est le degré zéro de la pensée. Comment ne pas voir que cette culture du chiffre vient à la place d'une réflexion sur la société et sur la place de la police dans cette société ? Comment ne pas voir que l'on oriente les policiers de base à verbaliser les prostituées plutôt que de démanteler les réseaux de proxénètes ce qui demande plus de temps et de travail ? Dans d'autres domaines on aboutit également à des aberrations terrifiantes. Témoin cet article dans un journal local en Martinique qui montrait que l'hôpital psychiatrique de Colson était passé d'un classement très bien (note A) à un classement mauvais (note C) dans la lutte des maladies nococomiales parce que le seul critère d'évaluation était celui des achats de produits hydro-alcooliques. (cf http://www.bondamanjak.com/content/view/4559/66/ )
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
A son arrivée place Beauvau, en juillet 2002, l’actuel président de la République avait eu ces mots : «Les responsables de la police et de la gendarmerie devront travailler en fonction d'objectifs précis et seront évalués en permanence. De leurs résultats dépendra leur carrière.» Depuis, chaque année, la publication des chiffres de la délinquance est devenue un rituel, un moment fort du pays. Les bilans, à peine discutés, semblent aller de soi. Leur logique même, leur fabrication, sont finalement assez peu discutées. Le rouleau compresseur de l’évidence et des 20h triomphe. Les documents sur lesquels nous nous arrêtons semblent pourtant montrer qu’il y a matière à discuter. Le débat, entamé entre autres cet automne par les auteurs de Police – Des chiffres et des doutes, reste donc d'actualité. Plus que jamais.