La droite anticipe déjà l’après-Fillon

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et alors ? Cette question, posée par François Fillon la première fois qu’il a été interrogé sur les costumes que lui avait offerts Robert Bourgi, résume à elle seule la campagne menée par l’ancien premier ministre. Face aux affaires, aux mauvais pourcentages des enquêtes d’opinion, aux défections, et aux critiques émanant de son propre camp, le candidat LR a choisi d’endosser le costume du « rebelle ». Chaque jour, il remet en jeu son va-tout, persuadé de pouvoir « gagner cette élection », convaincu, aussi, d’être le seul à « disposer d’une majorité » pour gouverner.