Les hôtesses d’accueil, une féminité à vendre

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ces femmes méritent d'être bien payées et de travailler sous contrats clair et plus protecteurs!

Quand au féminin avec ses éléments de séduction (maquillage, talons, belle chevelure, vêtements moulants, etc) il est ici attendu dans ce type de job ou l'on est dans la représentation. Sinon on fait autre chose . Policier : on aura du robocop mais c'est plus masculin.

Hors ces jobs, le "féminin" n'est ordinairement ni à imposer ni à interdire ! Le féminin libre doit avoir sa place dans la société au titre de la diversité, des différences possiblement genrées et de la liberté textile ! On peut ne pas aimer le "féminin" tout comme l'apprécier ! Liberté et diversité sans violence !

Certaines soignent leurs "apparences", d'autres non. Il en va de même pour les hommes. Mais ces apparences sont plus ou moins genrées, avec des attributs plus ou moins sexués . Faut-il combattre les distinctions ou différences trop marquées ? Ce serait aussi répréhensible que de les imposer. 

Les orientations homosexuelles et hétérosexuelles sont libres et reconnues mais pas les violences !

 

trop mignon : "il est ici attendu dans ce type de job ou l'on est dans la représentation" puis menaçant : "sinon, on fait autre chose"... dès que vous deviendrez moche (quoi, c'est déjà fait ?) je compte sur votre boite pour vous licencier ("fait du tord à l'image de la boite") et sur un ministre quelconque pour confirmer votre licenciement : se laisser aller sur son image, n'est-ce pas une forme suspecte de revendication ?

bizare, bizarre...vous avez dit Bizarre ? quand il s'agit de "clouer" la CGT qui "tâtonne" no problème pour dénoncer l'intolérable chez eux...et ailleurs ?,

quand il s'agit de la FI silence total : un hazar ? lire l'article publié dans l'Huma :

Violences sexuelles. Des militants de la France insoumise demandent une enquête interne.

À l’origine, notamment, du courrier, un article de Causette de novembre dernier, qui fait état de plusieurs témoignages mettant en cause « un responsable, aujourd’hui député LFI ».

Des militants de la France insoumise ont adressé une « lettre ouverte contre les violences sexistes et sexuelles » à l’ensemble de leur mouvement, publiée mercredi par le Media Presse. À l’origine, notamment, du courrier, un article de Causette de novembre dernier, qui fait état de plusieurs témoignages mettant en cause « un responsable, aujourd’hui député LFI ». « Il nous semble indispensable que la France insoumise réagisse sans plus attendre », estiment ces militants. Un pôle d’écoute et de prévention des violences sexistes et sexuelles a été mis en place par FI lors de sa convention à Bordeaux en décembre dernier, mais les signataires demandent également « l’ouverture, au plus vite, d’une enquête interne par les membres de la cellule d’aide. Les député·e·s, leurs collaborateurs et collaboratrices doivent être entendu·e·s, ajoutent-ils, les conclusions de cette enquête communiquées aux militant·e·s ». J. H.

Aucune menace mais une évidence : Nombre de personnes - hommes ou femmes - ne veulent pas faire tel ou tel métier et dès lors cherchent d'autres métiers.

Parfois on commence un métier puis on change car au début çà va puis avec les années çà devient pénible.

Radio Libertaire avait reçu il y a quelques années, une sociologue qui avait écrit un ouvrage sur le sujet. Elle y témoignait notamment de son expérience comme hôtesse d'accueil. Impossible de consulter son livre dont je n'avais pas retenu le nom ...  S'agit-il de la même personne ?  Merci de votre réponse. 

Tiens, tiens...avec la "parité" des femmes aux postes importants, ne faudrait-il pas recruter des "hôtes d'accueil"?  Bien sûr, sur des critères analogues à ceux qui,président au choix des hôtesses...Au fait, les "gardes du corps" ne sont-ils pas un peu hôtes d'accueil?

Je plaisante à peine...

L'hôte d'accueil ne s'imposera que le jour où il y aura plein de "patronnes" ! 

Mais c'est qu'il y en a ...PDG de grosses entreprises, femmes politiques, titulaires de postes internationaux (C?Lagarde) Dans notre gouvernement, les ministres et secrétaires d'Etat féminines sont nombreuses (p.ex., aux armées...)

  • Nouveau
  • 28/03/2019 12:17
  • Par

Au vu du nombre de commentaires et à l'évidence, la « féminité à vendre » autant que la « féminité policée », ne passionne pas les foules. Il serait simple d'en conclure que sexisme et patriarcat triomphant ont encore de grandes et belles années devant eux !

La somme de temps et d'argent consacrée par la plupart de ces dames pour soigner leur "apparence" prouve bien que pour elles "optimiser" sa féminité à une importance certaine. Alors, dictat machiste ou simple compétition intra-sexuelle volontaire pour accrocher le regard des mecs, on ne peut que constater l'état de fait.

j'attendais "c'est dans les gênes" et ma satisfaction eut été béate !!! innocent

Les gènes représentent une mémoire biologique vieille d'environ un milliard d'années, et ce qu'ils nous font faire inconsciemment n'est pas dans l'intérêt de l'individu mais dans l'intérêt de l'espèce. Notre comparativement toute récente auréole intellectuelle ne doit pas nous faire oublier que nous sommes encore des animaux largement manipulés par des instincts innés. Il ne s'agit pas de leur laisser libre cours, mais juste de ne pas faire comme s'ils n'existaient pas.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

renseignez vous un peu sur les comportements de reproduction des mammifères bipèdes que sont les humains et vous serez béate d'avoir ignoré depuis tant de temps la part du génétique dans nos comportements...

C'est plutôt dans les hormones, certes commandées par le double X
Alors les gênes guideraient nos pas et nos actes dans l'intérêt supérieur de l'espèce... Je vérifie, ben non on est bien le 11... ou bien sous entendez vous que le but de reproduction animé tous nos comportements ? Dans tous les cas, les exemples contraire sont si nombreux. Je trouve votre commentaire tellement énorme, c'est d'une simplicité et d'une évidence, vraiment des générations de sociologue sont passés à côté de vos conclusions, mais comment est-ce possible ?!!!

Le système génétique est un "essai" ,la mise en service d'une structuration fonctionnelle, qui se révèlera compatible, ou non, avec l'environnement.

Les mutations "proposent", l'environnement "dispose". Et les mutations sont aléatoires.

Et la reproduction n'est pas "un but", c'est une caractéristique de la matière vivante , ensemble physico-chimique "actif". La "reproduction" est un peu analogue à la cristallisation (qui  est une propriété de certaines formes de matière inerte ...beaucoup moins complexes et susceptibles de variations que la matière vivante.).

La non parité ne decoule pas seulement de la "volonté" de l'employeur (voir peut-être son manque de vision), mais également - et même d'avantage - des souhaits des clients de ces sociétés prestataires... La prestation de service de manière générale est un système permettant au "fournisseurs" ainsi qu'à leurs clients de se decharger sur les salarié.e.s, autant que faire se peut, de leurs responsabilités en matière de ressources humaines; l'un profite de l'isolement de ses employés (souvent, une hôtesse = 1 site de prestation) tandis que l'autre peut a loisir se debarasser de l'hôtesse en poste, voir lui imposer des surcroits de tâches et autres fonctionnements irréguliers, la faisant ainsi travailler avec en permanence l'épée de damocles de "l'insatisfaction client" par dessus la tête. Et en cas de sortie de site, la clause de mobilité, présente sur l'ensemble des contrats de travail, transforme de facto le contrat de travail en CDD caché puisque l'employeur a le droit de réaffecter a des distances invraisemblables (parfois 6h de trajet par jour si on se laisse faire - absolument inenvisageable si on a des enfants!!). Il faut se rappeler que ce fonctionnement, couplé avec les recents plafonnements des indemnités aux prud'hommes, encourage les sociétés prestataires de service a une prédation des personnes, a un laisser aller total en termes de responsabilité par rapport aux salarié.e.s Merci en tout cas pour cette interview tres pertinente (étant moi-même hôte d'accueil pour la société ou travaillait Julie).

Entretien tout à fait intéressant sur une forme d'exploitation.

Le simple fait d'être prestataire c'est risquer d'avoir une situation professionnel de m****, sans évoquer le reste. Suffit que l'entreprise pour laquelle vous travaillez soit prête à tout pour décrocher des contrats, vous pourez être traité comme un chien sur votre lieu de travail, ça n'interessera personne.

J'adore toutes ces vidéos de femmes. Encore!

Une solution: remplacer les hotesses par des robots. Au Japon c'est la tendance, paraît-il.

Et les robots sont présentables et genrés ou de la vulgaire mécanique sans attrait ?

Les deux je pense.

Je pense que, pour comprendre l'existence et le fonctionnement de ce type de métier, il faut essayer de voir quelles caractéristiques "lourdes" de notre société  peuvent en causer l'apparition et les façons de l'exercer.

Notre monde humain est divers, "mélangé", à tous points de vue. Les langages, coutumes, croyances, opinions, sont extrêmement mêlées dans des des espaces sociaux de plus en plus "publics".. Tout se fait, se dit, se discute, est accessible à tous.

Le machisme , si répandu en toutes sociétés humaines depuis très longtemps, est de plus en plus remis en cause par tous, femmes et hommes.

Nous sommes dans une société "de communication" d'images et sons .La "réussite", aujourd'hui, c'est "vendre" ou "avoir pouvoir, autorité, prestige". Et,  notre société est aussi "friande de de sexe" (information, spectacle, conflits, délits, crimes, durée et variété d'activités personnelles)

En même temps,, on exhibe, et on s'indigne des regards. On rapproche, et on déplore des contacts. On illustre, discute, étudie...et on s''étonne du "poids" des problèmes.

Ces contradictions aigües permettent de comprendre ce "métier d'hôtesse" et d'énoncer les problèmes qu'il engendre. Les "solutions" ne peuvent pas être simplement d'autorité (sociale,ou "intellectuelle",etc...).Et leur pertinence doit , je pense, être recherchée "au cas par cas", et dans l'"ici et maintenant".

Potiches masculines ou féminines, qu'importe ! Ce que je réprouve personnellement c'est l'abandon des standards humains et le recours à des serveurs vocaux qui m'horripilent !

J'aimerais créer un collectif de refus des serveurs vocaux ! Qui veut s'y associer ?

Il y a des "serveurs", pas vocaux, mais hommes et femmes  passant leur journée au garde-à-vous pour "servir le maître"(oy la maitresse), sur un signe  des malheureux qui cherchent à vous vendre ci ou ça, vous  extorquer des "données", pas pour eux et elles, qui parlent un français "de nulle part" (ce n'est pas leur faute).Les voilà, les potiches.

Des accessoiristes, ou employés de costumerie, ,ou  "visagistes, , ou "preneurs de son, outils invisibles de spectacles. Des "techniciens-ennes de surface". Des metteurs en place de vitrines, de consoles...etc.Encore des potiches... Qui ont du travail,,parce que la robotique reviendrait plus cher, t qu'ils sont "jetables".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale