La burqa en urgence, l'Europe en déshérence

Par
L'avenir de l'Europe et de ses 500 millions de citoyens retient beaucoup moins l'attention du gouvernement et du chef de l'Etat que la burqa et ses 2.000 cas recensés en France. Et chaque jour, la spéculation se renforce tandis que l'Europe se fissure. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Faut-il en rire ou en pleurer? Alors que la Grèce est au bord de la faillite; alors que la spéculation, alléchée par des gains mirobolants, rêve de mettre ensuite à genoux d'autres pays, demain le Portugal, après-demain peut-être l'Espagne; alors que l'Europe traverse l'une des plus graves crises de son histoire, et en tout cas la plus grave crise depuis la création de l'euro; alors que la monnaie unique joue, face à tant d'égoïsmes nationaux, sa survie en ces jours de tempête, que fait la France, ou du moins ceux qui ont reçu le mandat de la représenter? Le président de la République fait du tourisme en Chine (sans s'y soucier des droits de l'Homme), les ténors de sa majorité se complaisent à débattre de sujets subalternes, ou à conduire des opérations de diversion, pour amuser l'opinion, ou plutôt la détourner des sujets graves de l'actualité.