Pavane pour une République défunte

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plutôt que sur l’Ode à la joie, Emmanuel Macron aurait pu fêter sa victoire sur la Pavane pour une infante défunte, de Ravel, dont le titre aurait aussi pu être adapté à notre Ve République bientôt sexagénaire. Originellement, la pavane est en effet une danse de cour aux accents graves, pompeux et nostalgiques, qui s’accorderaient fort bien à l’épuisement des promesses autant qu’à l’apothéose des contradictions du régime politique en vigueur depuis 1958-1962.