La loi française s'applique à la succession Hallyday, dit la justice

Par
La succession du chanteur Johnny Hallyday, mort le 5 décembre 2017, doit être réglée selon la loi française et non américaine, a tranché mardi le tribunal de Nanterre, donnant ainsi raison à ses aînés, Laura Smet et David Hallyday, et infligeant une défaite à sa veuve Laeticia, dont l'avocat va faire appel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - La succession du chanteur Johnny Hallyday, mort le 5 décembre 2017, doit être réglée selon la loi française et non américaine, a tranché mardi le tribunal de Nanterre, donnant ainsi raison à ses aînés, Laura Smet et David Hallyday, et infligeant une défaite à sa veuve Laeticia, dont l'avocat va faire appel.